Le groupe néerlandais d'électronique médicale et grand public Philips a enregistré au deuxième trimestre un bénéfice net de 720 millions d'euros, en baisse de 54,1 pc sur un an en raison de gains exceptionnels de plus d'un milliard d'euros réalisés alors. Ce résultat est au-delà des attentes des analystes financiers qui tablaient sur un bénéfice net de 152 millions d'euros. Il inclut un gain exceptionnel de 780 millions d'euros grâce à la vente d'actions TSMC, et le provisionnement de 299 millions d'euros pour son fabricant de semi-conducteurs NXP. Au deuxième trimestre 2007, le bénéfice net avait été alimenté par un gain de 1,2 milliard d'euros suite à la vente d'une partie de la participation de Philips dans Taiwan Semiconductor Manufacturing (TSMC), rappelle Philips dans un communiqué. Le bénéfice opérationnel est de 325 millions d'euros, contre 337 millions d'euros au deuxième trimestre 2007. "La croissance du chiffre d'affaires a été excellente, avec une croissance corrigée des effets de change de 14 pc et une croissance comparable de 6 pc, bien au-delà de ce que nous avons réalisé l'an dernier et au trimestre précédent", s'est félicité le patron de Philips Gerard Kleisterlee. Le chiffre d'affaires a connu une hausse de 7,1 pc à 6,463 milliards d'euros, légèrement supérieure aux attentes des analystes, qui l'avaient prévue comprise entre 6,313 et 6,445 milliards d'euros. M. Kleisterlee a estimé que le groupe était en bonne position pour atteindre ses objectifs 2010. Pour le secteur de l'électronique médicale notamment, Philips "s'attend à ce que les ventes et marges s'améliorent durant la deuxième moitié de l'année". Pour l'électronique grand public, Philips souligne qu'il a connu une croissance à double chiffre sur ses marchés émergents (Amérique latine, Europe de l'Est et Inde), et que les ventes ont progressé de 7 pc sur une base comparable. (Belga)