Le groupe néerlandais Philips a renforcé son département de technologie médicale en reprenant la société américaine Intermagnetics General Corporation pour un montant de quelque 1,3 milliard de dollars, soit environ 1 milliard d'euros, a-t-il annoncé jeudi.

La transaction, qui a déjà été approuvée par le conseil d'administration d'Intermagnetics, doit encore recevoir l'aval de ses actionnaires et des autorités compétentes, a précisé Philips dans un communiqué. Intermagnetics, basée à Latham, dans l'état de New York, et dont Philips est déjà un gros client, est spécialisée dans la mise au point, la production et la vente d'aimants supraconducteurs à champ magnétique de forte intensité, mis en oeuvre dans les systèmes d'imagerie par résonance magnétique (IRM). Elle fournit aussi des équipements de surveillance des patients compatibles avec la technologie IRM et des bobines de radiofréquence, principalement destinés au secteur hospitalier.

Cette acquisition doit contribuer à «consolider la position de Philips sur le marché clé de l'imagerie par résonance magnétique», ajoute le communiqué.

Un trésor de guerre

Le géant néerlandais cherche précisément à renforcer sa division médicale. Il a ainsi déjà déboursé, au début de cette année, 915 millions de dollars pour reprendre les sociétés américaines Witt Biomedical et Lifeline Systems, et ne compte pas en rester là.

Philips, dont le tiroir-caisse est bien rempli (50 milliards d'euros en début d'année, rognés depuis lors par un certain nombre d'achats d'entreprises), garde ainsi un oeil sur les marchés émergents asiatiques.

En Bourse d'Amsterdam où les actions Philips sont cotées, l'annonce de cette opération a eu un effet très positif. L'action du groupe a en effet clôturé sur une avance de 3,70 pc à 22,70 euros.

© La Libre Belgique 2006