Le géant européen de l'électronique, le néerlandais Philips, a annoncé lundi avoir subi une chute de 79pc de son bénéfice net au premier trimestre 2005 à 117 millions d'euros suite à des difficultés dans ses activités d'écrans plats et de semi-conducteurs. Sur la même période, il y a un an, le bénéfice net de Philips s'était élevé à 550 millions d'euros.

Le bénéfice du premier trimestre est légèrement inférieur aux prévisions des analystes interrogés par AFX, filiale d'information financière de l'AFP, qui tablaient sur un chiffre compris entre 118 et 194 millions d'euros, le consensus se rapprochant de 146 millions d'euros.

Les principales responsables de la baisse du bénéfice sont les compagnies non consolidées de Philips, comme l'entreprise commune avec le coréen LG, LG Philips LCD, ou TSMC, dans la fabrication des semi-conducteurs. Alors que ces participations avaient rapporté 457 millions de profit net au premier trimestre 2004, elles n'ont contribué qu'à hauteur de 22 millions d'euros au bénéfice des trois premiers mois de 2005.

L'entreprise commune LG Philips LCD, qui produit des écrans plats, a souffert de la baisse des prix de ces écrans, qui restent toujours aussi populaires, et a encaissé une perte de 61 millions d'euros au premier trimestre, ce qui s'est traduit par une perte de 34 millions d'euros dans les comptes de Philips.

La division semi-conducteurs a également connu un trimestre difficile. Le chiffre d'affaires recule de 3pc par rapport à la même période il y a un an à 1,012 milliard d'euros tandis que le bénéfice opérationnel a chuté de 79pc à 14 millions d'euros.

Philips s'attend cependant à une croissance à un chiffre, faible ou moyen, de ses ventes de semi-conducteurs au second trimestre comparé au premier (libellé en dollars). Un véritable redressement dans ce secteur n'est cependant pas attendu avant la seconde moitié de l'année.

Au premier trimestre 2005, le chiffre d'affaires de Philips est resté stable à 6,635 milliards d'euros pour un bénéfice opérationnel de 193 millions d'euros (-12,5pc).

Le numéro un européen de l'électronique grand public s'est refusé à donner des prévisions de bénéfices pour l'ensemble du groupe en 2005. Son directeur financier Jan Hommen s'est borné à préciser que Philips serait bénéficiaire. Philips, qui emploie plus de 160000 personnes dans le monde, s'est fixé pour objectif de réaliser une croissance organique de 5 à 6pc de son chiffre d'affaires dans les années à venir. A la Bourse d'Amsterdam, Philips a terminé la séance sur un recul de 0,60pc à 19,41 euros.

© La Libre Belgique 2005