Entreprises & Start-up

Le bénéfice net du géant néerlandais de l'électronique Philips s'est envolé au deuxième trimestre, s'établissant à 246 millions d'euros contre 2 millions l'an dernier à la même période, grâce au désengagement de son activité éclairage (Signify), introduite en Bourse.

Le groupe a indiqué dans un communiqué avoir également profité d'une amélioration de sa performance opérationnelle et d'une baisse des frais financiers nets et a fait état d'un chiffre d'affaires de 4,7 milliards d'euros, soit une hausse de 6% à périmètre comparable, lui permettant de confirmer ses objectifs pour l'horizon 2020.

Philips vise une croissance de 4 à 6% de ses ventes à périmètre comparable ainsi qu'en moyenne une amélioration annuelle de 100 points de base de la marge opérationnelle (Ebita) ajustée entre 2017 et 2020.

"Je suis satisfait de la hausse de 6% du chiffre d'affaires à périmètre comparable au deuxième trimestre, à laquelle toutes les branches ont contribué", a déclaré le directeur général du groupe, Frans van Houten, cité dans ce communiqué.

Il s'est également réjoui d'une "forte croissance de la prise de commandes, de 8% à périmètre comparable, tirée par la demande continue" des produits de Philips dans le secteur diagnostique et traitement, qui comprend par exemple les machines d'imagerie médicale et les scanners.

Le géant néerlandais, qui avait vendu sa première ampoule quelques années après sa fondation en 1891, s'est désormais recentré sur les équipements médicaux et la santé après s'être retiré de ses activités d'éclairage.

Philips fut l'un des groupes les plus renommés pour la fabrication d'ampoules, d'appareils électriques et de postes de télévision. Le groupe néerlandais fabrique des équipements médicaux tels que les défibrillateurs mais aussi des appareils ménagers, depuis les brosses à dents hi-tech jusqu'aux équipements de cuisine.