Les commandes de panneaux photovoltaïques en région wallonne ont fortement décliné depuis le changement, le 1er avril, de régime de soutien public, ayant réduit drastiquement le nombre de certificats verts octroyés par installation, a-t-on appris mercredi du secteur.

La plate-forme wallonne des énergies renouvelables Renewable Business Facilitor (RBF) ignore à ce stade si ce déclin est lié uniquement au passage vers un régime transitoire ou à l'annonce du gouvernement fin mars de revoir les aides de manière rétroactive. "Après chaque changement de régime, il y a une baisse prononcée des commandes. Les installateurs avaient d'ailleurs anticipé ce creux. Il n'est plus opportun actuellement de faire de la publicité. De nombreux commerciaux sont en chômage économique. La publicité devrait reprendre dans cinq à six semaines", a expliqué David Germani, le directeur de RBF.

Les installateurs disposent de suffisamment de travail pour les prochains mois, "mais les carnets de commande n'atteignent au mieux que la moitié de leur niveau en novembre 2011", selon RBF.

Le secteur dit souffrir de la mauvaise communication autour du photovoltaïque en Wallonie. "Chaque installateur a été confronté à des annulations de commande mais celles-ci restent marginales. C'est un coup dur pour le secteur. Le travail des commerciaux a été balayé en quelques minutes par l'annonce du gouvernement. La confiance des clients a été ébranlée", développe M. Germani.

Plusieurs milliers de particuliers se sont manifestés auprès d'un cabinet d'avocat en vue de contester les récentes décisions du gouvernement wallon visant une modification du soutien via les certificats verts. Plusieurs installateurs, qui pratiquaient notamment le système du tiers investisseur, ont également l'intention de porter l'affaire en justice. RBF, qui critique également la décision du gouvernement, dit toutefois préférer la négociation.

Si RBF reconnaît que certaines sociétés ont "spéculé", la plate-forme souligne que le secteur lui-même a demandé à plusieurs reprises au gouvernement de réduire les aides pour éviter un effet d'aubaine.

Le système du tiers-investisseur est aujourd'hui à l'arrêt. En revanche, RBF estime que l'installation de panneaux photovoltaïques en Wallonie reste rentable aux conditions actuelles. "Après l'annonce du gouvernement, nous devrons rassurer les clients par la publicité", déplore David Germani.

RBF estime que "dans deux ou trois ans, les aides pourraient être supprimées à condition qu'on ne crée pas de taxes ou de redevances".