Beaucoup moins chère, la pierre asiatique concurrence sérieusement la pierre bleue belge. La PGPB, la Fédération des carrières de petit granit et pierre bleue de Belgique, entend conscientiser le monde professionnel à cette problématique.

Depuis 5 ans, qu'elle vienne de Chine ou du Vietnam, la pierre asiatique envahit le marché belge. De 30 à 50 pc moins cher que la pierre belge, ce matériau est de plus en plus utilisé par les entrepreneurs belges au grand dam des carriers hennuyers.

"L'extraction de la pierre bleue belge occupe un millier d'emplois directs et plusieurs milliers d'emplois indirects. Les 3/4 de la production sont utilisés en Belgique, le solde étant exporté vers la France et les Pays-Bas. Depuis quelque temps, nous sentons un net ralentissement de la vente de nos produits. Nous avons dû mettre 50 pc de notre effectif au chômage technique", explique Olivier Scaillet de la société "Les carrières de la pierre bleue belge" de Neufvilles.

En Belgique, la veine de la pierre bleue - essentiellement utilisée sous la forme de bordures, dalles et pavés - se dirige d'Ouest en Est de Maffle vers la province de Liège via le Condroz.

"L'aspect de la pierre asiatique et de la pierre belge est quasi similaire mais cela s'arrête là ! Leur composition minérale est totalement différente. La pierre asiatique comprend 70 pc de dolomie. La roche dolomitique est sensible à la pollution atmosphérique et aux pluies acides, ce qui n'est pas le cas de la pierre belge composée à 86 pc de calcite. A terme, la pierre asiatique se fendille et devient brune, ce qui n'est pas non plus le cas de la pierre bleue belge. Si la pierre asiatique est moins chère, cette différence de prix est cependant dérisoire au niveau du coût global d'un chantier. D'autre part, en matière de développement durable, le transport de 1000 m2 de pierre asiatique implique l'utilisation de 95 fois plus de carburant, soit 11 400 litres de pétrole, bref un rejet de plusieurs tonnes de CO2 dans l'atmosphère. L'achat de pierre asiatique a donc un réel impact sur l'environnement", dit M. Scaillet. (Belga)