Que s’est-il passé le vendredi 3octobre à l’agence Fortis de Berlare? Selon l’hebdomadaire "Humo", qui paraît ce mardi, une plainte anonyme a été déposée la semaine dernière auprès de la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) contre le ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht (Open VLD) et son épouse pour "transactions étranges". Selon le magazine, qui parle de délit d’initié, l’affaire porterait sur la vente d’actions Fortis, d’une valeur comptable totale estimée à 500000euros. Lundi, Karel De Gucht, en mission officielle en Inde, a démenti être impliqué dans un tel délit. Mais le cabinet du ministre des Finances a précisé que la CBFA mènerait une enquête.

Selon "Humo", les transactions auraient été effectuées le 3octobre. Ce jour-là, l’action Fortis avait ouvert la séance boursière à 5,701 euros pour clôturer à 5,465 euros. En soirée, le gouvernement avait annoncé la cession des actifs néerlandais de Fortis. Puis, le week-end avait été consacré au deal avec BNP Paribas, si bien que le titre Fortis avait été suspendu dès le lundi 6octobre. La reprise de cotation n’avait eu lieu que le 14octobre, à 1,93euro par action Fortis.

"Des amis de De Gucht"

Or, toujours selon "Humo", la plainte déposée la semaine dernière porte sur un ordre de vente "sans limite" par l’épouse de Karel De Gucht, Mireille Schreurs. "Sans limite" signifie, dit le journal, que la vente peut être effectuée à n’importe quel prix. Ce genre d’opération est généralement utilisé en cas de panique, ajoute-t-il. Le journal précise encore que la plainte ajoute que "des amis de Karel De Gucht sont aussi entrés en action dans l’après-midi à l’agence Fortis de Berlare". L’auteur de la plainte anonyme cite nommément les personnes concernées, membres de la famille De Gucht et amis de celui-ci ainsi que les membres du personnel de Fortis et ajoute que ces derniers ont été priés de se taire en ce qui concerne ces transactions, écrit encore "Humo". L’hebdomadaire ajoute qu’il a interrogé le ministre la semaine dernière et que celui-ci avait démenti avoir vendu des actions Fortis. Un membre de sa famille aurait vendu des actions Fortis mais le ministre n’aurait pas été au courant. Quant à sa femme, elle gère, avec son frère, un paquet d’actions Fortis appartenant à leur mère. De ces dernières, certaines ont été vendues mais le ministre a affirmé à "Humo" qu’il n’avait rien à voir avec cette transaction.

À nouveau interrogé à ce sujet lundi, au cours d’un voyage d’Etat en Inde, De Gucht a affirmé: "Je n’ai pas vendu d’actions Fortis ni donné des informations à qui que ce soit" concernant Fortis. "Il revient à la CBFA de décider ce qu’elle fait de cette plainte. Si elle veut en savoir plus, je lui donnerai toutes les explications qu’elle désire avoir", a-t-il ajouté. Si M.De Gucht a reconnu que sa femme avait vendu "quelques actions" appartenant à la mère de celle-ci, le 3octobre, il a contesté le montant de 500000 euros ainsi que la communication d’informations utiles à des "amis". Les résultats de l’enquête de la CBFA seront communiqués au ministre des Finances.