Le dossier de l'Hippodrome de Boitsfort est entré dans une phase cruciale. Un `master plan´ a été présenté à Jos Chabert. `Le dossier est depuis 48 heures chez le ministre´, explique son porte-parole Dirk De Backer. La volonté du ministre des travaux publics et des transports du gouvernement bruxellois est de présenter un projet au gouvernement la semaine prochaine.

`L'idée est de balayer large, de permettre à des gens d'introduire leurs candidatures soit sur la totalité du site, soit sur des modules´, explique Vincent Rongvaux, responsable administratif à la Régie foncière. Comme investisseur potentiel, le nom d'Interbrew a été cité.

Il faudra en tout cas des intervenants qui auront des moyens, car, selon plusieurs proches du dossier, la rénovation coûtera plusieurs centaines de millions de francs.

Bien sûr, le tri des candidatures prendra du temps. Le processus devrait être finalisé d'ici un an. Il y aura donc une phase transitoire où la Région de Bruxelles-Capitale proposera à certains occupants du moment de signer des conventions à titre précaire.

Peut-on imaginer que le site (28 hectares dont environ 5 hectares en zone d'intérêt public) dont une partie est classée (les bâtiments qui datent du début des années 20, eux, sont protégés) soit totalement privatisé? Apparemment pas. `Il n'est pas question que la Région vende ses terrains. Ce ne serait pas malin de se débarrasser d'un site d'une telle importance´, estime Vincent Rongvaux.

Mais, à l'entendre, l'idée n'est pas d'en faire une vache à lait. `Il faut au moins que ce soit une opération blanche. Ce n'est pas cela qui va renflouer les caisses de la Région´, explique le spécialiste.

Pour le député bruxellois Eric André (qui avait suivi le dossier de près quand il était ministre libéral à la Région et qui en tant que conseiller communal fait tout pour que la commune d'Uccle soit impliquée), le site a une `vocation culturelle et sportive où la rentabilité économique est nécessaire´. Il y a un à deux hectares devant les tribunes qui, selon lui, peuvent servir d'espaces polyvalents (braderies, salons de l'élégance,...).

Ce qui a été fait au Rouge Cloître sur la commune d'Auderghem pourrait servir d'exemple.

Si effectivement l'hippodrome est entièrement ouvert au grand public, on peut imaginer que quelques promoteurs immobiliers seront déçus...

© La Libre Belgique 2002