Après Fléron jeudi, c'est au tour des restaurants Lunch Garden de Wépion, Bierges, Liège et d'autres encore (dont la liste n'a pas été communiquée à ce stade) de débrayer spontanément ce vendredi. Ils seront ouverts samedi, indique le syndicat socialiste Setca.

La chaîne de restauration avait annoncé le 6 octobre son intention de supprimer 138 emplois, en raison de lourdes pertes financières liées à la crise du coronavirus. Le second conseil d'entreprise extraordinaire (CEE) de la procédure Renault de licenciement collectif aurait dû se tenir aujourd'hui mais les représentants de la FGTB Horval, le syndicat socialiste majoritaire au sein de l'entreprise, ne s'y sont volontairement pas rendus. "Notre démarche avait pour but de signaler à la direction que nous ne voulons pas entrer dans le calendrier serré de réunions qu'elle propose", explique le permanent Setca Stéphane Piron.

La direction de Lunch Garden veut visiblement boucler cette procédure Renault très vite puisqu'elle envisage que les premiers licenciements ou départs en prépension aient lieu dès le mois de décembre. Un timing inacceptable pour la FGTB.

Cette absence au CEE, le syndicat le justifie également par le fait de se donner le temps de consulter ses travailleurs affiliés, "afin d'avoir leur ressenti, de pouvoir ensuite poser les bonnes questions à la direction lors de la phase 1 de la procédure Renault (d'information et de consultation, NdlR)", précise Stéphane Piron.

Le prochain CEE est fixé au 13 octobre et le syndicat socialiste y participera, assure le permanent syndical.