Le constructeur de voitures de sport allemand Porsche a ouvert la voie jeudi à une prise de participation à son capital du Qatar, en préambule à la création d'un groupe intégré avec son compatriote Volkswagen.

"Le conseil de surveillance de Porsche a, lors d'une réunion extraordinaire, donné unanimement pouvoir au directoire de mener à leur terme les discussions avec la Qatar Holding LLC sur une montée au capital de Porsche", selon un très bref communiqué diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Un peu plus tôt, Porsche avait déjà annoncé le feu vert du conseil de surveillance pour une augmentation de capital d'au moins 5 milliards d'euros, sans toutefois préciser qui allait y participer.

La réunion de l'organe de contrôle a commencé mercredi soir près de Stuttgart (sud-ouest). "La réunion dure encore", a indiqué à l'AFP à 00H56 GMT un porte-parole de Porsche, sans plus de précisions.

Ces deux annonces permettent de "poser les bases pour la création d'un groupe automobile intégré entre Porsche SE et Volkswagen AG", dont le créateur du 911 détient 51% du capital, selon le communiqué.

Elles correspondent aussi aux plans préparés par le patron de Porsche, Wendelin Wiedeking, qui voulait ainsi éponger au moins en partie les lourdes dettes du groupe, d'environ 10 milliards d'euros. Il voulait conserver dans la foulée l'indépendance de son groupe, qui pourrait cependant être compromise avec la création d'un groupe intégré avec VW.

M. Wiedeking est donné partant par la presse depuis plusieurs semaines.

Les 12 membres du conseil de surveillance, qui devaient à l'origine se réunir jeudi dans l'après-midi, devaient examiner deux offres concurrentes pour assurer l'avenir de Porsche, celle de M. Wiedeking et celle déposée par VW.

Celui-ci propose de venir au secours de sa maison-mère en rachetant les activités automobiles de Porsche, qui deviendrait alors la 10e marque du numéro un européen du secteur. Dans ce cadre, le Qatar pourrait prendre une participation dans le groupe intégré.

Une réunion du conseil de surveillance de Volkswagen est prévue jeudi à 10H00 GMT à Stuttgart (sud-ouest).

Depuis de nombreux mois, le rapprochement entre Porsche et Volkswagen fait l'objet d'une véritable guerre de clans entre les deux groupes et au sein de la famille Porsche-Piëch, propriétaires à 100% de Porsche.

A l'origine, c'est Porsche qui devait prendre le contrôle total de VW en acquérant 75% du capital, pour pouvoir accéder notamment à son imposante trésorerie.

Mais en mai dernier, le constructeur de voitures de luxe a dû admettre son échec, sur fond de crise financière et de chute des ventes automobiles. Il avait entamé à la place des négociations de fusion avec VW, qui avaient vite tourné court en raison de vives tensions entre les deux groupes.