Le tour opérateur britannique Thomas Cook est en pleine zone de turbulences.

La société doit en effet trouver dans l'urgence 200 millions de livres supplémentaires aux 900 millions déjà apportés pour éviter la faillite. Si aucun fonds privé ne vient en aide au voyagiste, Thomas Cook compte se tourner vers l'apport de capitaux publics, ce qu'il a déjà demandé au gouvernement britannique

Et la Belgique ne serait évidemment pas épargnée par une éventuelle faillite de Thomas Cook, puisque le tour opérateur a aussi ses activités dans notre pays, et Brussels Airlines pourrait être directement concernée, explique L'Echo. La compagnie belge, qui opère les vols pour le voyagiste britannique, devrait dès lors en souffrir.

La filiale belge de Thomas Cook est tombée dans l'escarcelle de Brussels Airlines il y a deux ans déjà. Dès lors, cette faillite pourrait évidemment avoir des conséquences économiques sur les activités de la société belge. Mais du côté de Brussels Airlines, on reste prudent : Il est trop tôt pour dire ce qu'il va se passer", explique Wencke Lemmes, porte-parole de Brussels Airlines, à nos confrères. "Mais c'est certain que le cas britannique n'est pas le cas belge, où les vols Thomas Cook sont opérés par Brussels Airlines."

Peut-être y verrons-nous plus clair d'ici dimanche, avec la réunion du conseil d'administration de Thomas Cook.

En Belgique, si un voyagiste ou un tour opérateur tombe en faillite, le voyageur est protégé et se verra rembourser s'il est rapatrié ou n'est tout simplement pas encore parti.

Une chose est en tout cas sûre pour les clients de Thomas Cook Belgique : tous les voyages seront maintenus quoi qu'il arrive.

Chez nous, où Thomas Cook est actif sous les marques Pégase et Neckermann, il y a actuellement plus de 10.000 personnes en voyage.