Le gouvernement a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête pour "clarifier le prix correct d'un cornet de frites", les tarifs du plat national ayant connu récemment une hausse jugée suspecte par les autorités.

Le ministre de l'Economie et de la Simplication administrative, Vincent Van Quickenborne, a chargé les autorités de la concurrence "de mener une enquête préliminaire afin d'expliquer la différence de prix entre les pommes de terre et les cornets de frites", selon un communiqué publié par ses services.

"On a constaté une divergence entre l'évolution des prix des deux", a précisé un porte-parole du ministère. Les frites s'enchérissent plus vite que les pommes de terre, "ça paraît un peu anormal", a-t-il ajouté.

L'enquête doit permettre de "voir s'il y a une bonne explication pour cette différence", a-t-il encore dit. Le ministère espère ainsi avoir "une image objective de la structure des coûts du fameux cornet", tenant compte de différents facteurs: coûts des matières premières, de l'énergie, des salaires.