Les vols sont chaque jour de moins en moins nombreux à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem suite à la crise du coronavirus.

Ce mardi, près de 40% des vols, soit 215 sur 570, ont été annulés. "Mais en terme de passagers, cela représente une baisse supérieure à 50% car les avions qui décollent sont peu remplis", explique Nathalie Pierrard, la porte-parole de l'aéroport Certaines destinations, comme la Pologne, le Maroc, la République tchèque, l'Egypte, la Bulgarie ou la Turquie ne sont plus accessibles depuis la Belgique.

L'italie, elle, n'est plus reliée que par deux vols quotidiens (contre 21 en situation normale), tandis que l'Espagne (7 vols supprimés sur 35 prévus ce mardi) et les Etats-Unis (un seul vol annulé sur six prévus) restent largement accessibles, malgré les restrictions et mesures imposées par ces pays pour contrer la propagation du coronavirus.

Cette situation évolue d'heure en heure et l'aéoroport s'attend à ce que le nombre d'annulations augmente dans les prochains jours, car de nombreux pays ferment leurs frontières ou émettent des restrictions à l'entrée de ressortissants étrangers. .

Brussels Airlines "n'exclut pas" de supprimer temporairement tous ses vols

Rappelons aussi que le SPF des Affaires étrangères recommande aux Belges de ne pas voyager à l'étranger pour le moment. "Cela reste une recommendation et les compagnies peuvent faire ce qu'elles veulent. Mais il est clair que beaucoup de Belges annulent leurs voyages et les passagers que nous avons ici sont surtout des étrangers qui veulent rentrer chez eux", explique l'aéroport.

Du côté de Brussels Airlines, dont 40% des passagers sont Belges, on "n'exclut pas" de supprimer temporairement tous les vols de la compagnie. "Nous sommes une compagnie responsable et cela fait partie des scénarii envisagés, même s'il n'est pas, pour le moment, à l'ordre du jour", explique Wencke Lemmes, porte parole du transporteur aérien. La demande est extrêmement faible et le nombre d'annulations est en forte hausse".   Membre du grupe Lufthansa, tout comme Brussels Airlines, Austrian Airlines a, elle décidé de suspendre tous ses vols  du 19 au 28 mars.

Le groupe Air France-KLM va réduire son activité de 70% à 90% lors des deux prochains mois au moins, en raison des restrictions de déplacement et de la baisse de la demande face à la propagation du coronavirus. A l'ouverture de la Bourse de Paris, le titre d'Air France-KLM dévissait de plus de 17%. Air France immobilisera notamment «l'ensemble de sa flotte Airbus 380» et KLM «l'ensemble de sa flotte Boeing 747». Pour les mêmes raisons, Ryanair va réduire de 80% ses vols pour le mois d'avril et de mai. La compagnie low cost n'exclut pas une mise au sol de tous ses avions durant ces deux mois. Selon un rapport du bureau international CAPA , suite au coronavirus la majorité des compagnies aériennes font faire faillite d'ici la fin mai . Du moins "si les Etats ne leur viennent pas en aide".

Certaines parties de l'aéroport pourraient également fermer, même si une fermeture totale n'est pas envisagée. "Même si les vols commerciaux s'arrêtent, nous aurons toujours besoin d'un aéroport pour le fret, ou des vols spéciaux comme ceux du transport d'organes", conclut Nathalie Pierrard.