"Pour se préparer à une croissance soutenue et assurer une gestion continue et plus durable de l’approvisionnement", les volumes de Stella Artois produits à la brasserie Jupiler et destinés à l’exportation vers les pays non-européens, vont progressivement être brassés localement, annonce le groupe AB Inbev.

Ce transfert implique que ces volumes de Stella Artois vont se réduire progressivement, selon le rythme du changement de production, ce qui pourrait entraîner des pertes d'emplois à la brasserie de Jupille-sur-Meuse, en province de Liège. Les autres brasseries belges d'AB InBev ne sont en revanche pas concernées.

La direction belge d’AB InBev doit analyser tous les scénarios, mais si aucun volume alternatif de production ne peut être trouvé pour Jupille, le personnel pourrait être impacté suivant le rythme de réduction des volumes. Cela entraînerait au maximum 29 licenciements et la non-prolongation de 58 contrats temporaires à la brasserie Jupiler, sur un total de 760 travailleurs.

Si aucune solution ne peut être trouvée, AB InBev a conclu une CCT d’entreprise qui assure que les ouvriers concernés ayant un contrat à durée indéterminée recevront un paiement supplémentaire de 36 mois, en plus de leur indemnité légale de licenciement.

La brasserie Stella Artois à Louvain continuera quant à elle à brasser la Stella Artois pour l’Europe et les autres marchés internationaux.

Processus de consultation

A noter que la délocalisation devrait impliquer une réduction de 7.074 tonnes de CO₂ émises par an, soit l'équivalent de plus de 2.000 voitures retirées de la circulation chaque année. AB InBev s’est en effet engagé dans une voie claire de logistique plus respectueuse de l’environnement, avec notamment l'achat des deux premiers camions électriques belges. "Ce transfert est en phase avec nos objectifs de durabilité pour 2025, qui consistent à réduire de 25 % les émissions de CO₂ d'ici 2025", commente le groupe.

Le transport pour les marchés non-européens a déjà été optimisé en brassant et en remplissant des volumes de Stella Artois à Jupille et en les transportant de là par bateau jusqu’au port d’Anvers. Mais la demande croissante de la Stella a motivé AB InBev à aller plus loin et produire localement.

Ce mardi matin, un processus d'information et de consultation avec le conseil d'entreprise de la brasserie de Jupille a commencé au sujet de l’impact de la perte de volume de brassage.