Boeing est touché de plein fouet par la pandémie de coronavirus qui a réduit comme peau de chagrin le transport aérien et les commandes d'avions. 

Boeing a annoncé mercredi une réduction de ses cadences de production des long-courrier 787 et 777/777X pour les aligner sur la chute de la demande des avions civils. Le géant de Seattle ne produira plus que 10 appareils 787 par mois à compter de maintenant jusqu'en 2021, contre 14 en début d'année. Il diminuera progressivement ce rythme, à 7 avions en 2022.

La production du 777 et de son remplaçant 777X va elle passer de 5 avions par mois actuellement à 3 avions en 2021. Celle du 737 MAX, suspendue depuis janvier, reprendra à "faibles taux" au moment de sa remise en service en 2020 et s'établira à 31 appareils par mois en 2021. Avant l'immobilisation au sol de ce dernier aéronef, Boeing produisait 52 appareils par mois.

Réduction des effectifs

Boeing a confirmé qu'il allait réduire ses effectifs globaux d'environ 10% pour faire des économies. Ces suppressions d'emplois se feront via un programme de départs volontaires et des licenciements secs et concernent la division aviation civile, a indiqué le directeur général David Calhoun, dans un courrier interne aux salariés en marge de la publication des résultats du premier trimestre.

Mi-avril, des sources proches du dossier avaient indiqué à l'AFP que cette cure d'austérité pourrait affecter au moins 7.000 employés, Boeing employant 70.000 personnes dans l'État de Washington, au nord-ouest des Etats-Unis, où se trouvent la plupart de ses usines d'avions civils. Il dispose d'un site d'assemblage du 787 en Caroline du Sud.