La hausse des prix des matières premières n'est pas sans risques pour la rentabilité du secteur et des entreprises alimentaires, selon la Fédération de l'industrie alimentaire. Les hausses de prix semblent structurelles et les conséquences pourraient devenir tangibles à court terme, craint la Fevia.

Au cours de l'année écoulée, les prix du blé (+ 35 pc), des produits laitiers (+ 50 pc) et de l'huile de tournesol (+ 25 pc) ont connu une hausse importante, signale la fédération. Une flambée de prix qui, d'après l'OCDE et les Nations Unies, serait due à plusieurs tendances. Des conditions atmosphériques extrêmes, telle la sécheresse prolongée en Australie, ont ainsi un impact négatif sur les récoltes et l'offre de produits laitiers. De plus, la politique européenne en faveur des biocarburants prévoyant une obligation d'ajout de 5,75 pc de biocarburants à l'essence et au diesel, provoque une hausse importante de la demande, sans oublier la demande croissante des pays asiatiques. (Belga)

© La Libre Belgique 2007