"La crise sanitaire montre que nous évoluons vers une manière de travailler structurellement différente. C'est pourquoi nous optons pour la moitié de l'espace actuel", a confirmé Stefaan De Clerck, le président du conseil d'administration de Proximus.

Si deux scénarios sont sur la table: déménagement total - ou partiel - au sein du siège actuel, la date butoir pour analyser les propositions du marché est fixée à avril prochain, précise le quotidien.

Le déménagement doit être finalisé entre 2023 et 2025, en fonction du scénario privilégié.

Dans le cas d'un départ, les tours construites entre 1994 et 1996 seraient revendues; et le nouveau siège - loué pour une durée de 15 ans - ne devrait pas nécessairement être situé dans le quartier Nord, mais devrait en tout cas être accessible en 15 minutes à pied depuis une des trois grandes gares de la capitale (nord, centre, sud).

L'option qui tient actuellement toujours la corde serait de conclure un accord avec un acteur immobilier privé qui porterait le réaménagement global du site actuel.