Entreprises & Start-up

En mettant les petits plats dans les grands, jeudi dernier, pour dévoiler sa nouvelle plateforme de contenus audiovisuels Pickx (appelée à se substituer à Proximus TV), le groupe dirigé par Dominique Leroy ne s'attendait certainement pas à voir les principaux diffuseurs télévisuels belges monter au créneau de manière aussi virulente.

Comme L'Echo et De Tijd le révélaient samedi, les patrons des quatre principaux diffuseurs (RTBF, VRT, RTL et DPG Media/VTM) ont envoyé un courrier, qualifié de "musclé" par nos confrères, à la CEO de Proximus. Et ce , dès vendredi.

Que dit ce courrier transmis par mail? A propos de Pickx, le quatuor parle, ni plus ni moins, d'un "projet abusif et déloyal de Proximus effectué en l'absence totale d'accord et d'autorisation de ses premiers fournisseurs de contenus". Les quatre diffuseurs s'inquiètent en particulier de la mise en péril de l'intégrité de leurs contenus. "Proximus s'arroge le droit de découper nos chaînes, comme bon lui semble, sans notre accord. Il segmente ainsi en toute illégalité une offre linéaire en une offre non linéaire, à la demande".

Dans un premier temps, Proximus n'avait pas souhaité répondre à cette mise en cause très critique. Ce dimanche soir, la direction du groupe nous a toutefois communiqué une première réponse. Il y est d'abord rappelé que Pickx est une nouvelle interface télé et une plateforme de contenu innovante créée pour "aider le consommateur à se retrouver dans un contenu toujours plus abondant".

Elle rappelle, ensuite, que plus de la moitié des programmes regardés par les clients de Proximus TV proviennent de contenus produits par des chaînes locales (dont, essentiellement, les chaînes éditées par les quatre diffuseurs précités). "Proximus Pickx est la meilleure réponse aux attentes des Belges en termes d'expérience télévisuelle: programmes et contenus locaux y sont représentés comme dans un autre service", souligne-t-on chez Proximus. Et la direction d'ajouter qu'avec Pickx, "nous ne touchons à aucun moment à l'intégrité du signal des chaînes".

En signe d'apaisement et de volonté de collaborer avec les principales chaînes belges de TV, le groupe Proximus dit être à leur écoute afin de "trouver des solutions ensemble".