Et si vous aviez un deuxième numéro de téléphone réservé uniquement à certaines personnes ? Bien pratique lorsqu’on n’aime pas partager ses coordonnées avec tout le monde Nous avons testé en primeur ce nouveau service belge, baptisé Clever Phone. Une fois enregistré sur le site www.cleverphone.com, vous obtenez ensuite un numéro de téléphone virtuel qui déviera automatiquement les appels vers votre numéro habituel, quel que soit votre opérateur. Les coups de fil que vous recevez peuvent soit aboutir sur une boîte vocale (auquel cas le message audio est envoyé vers votre adresse e-mail), soit faire sonner votre téléphone. "Nous avons régulièrement besoin de donner notre numéro, que ce soit sur un réseau social, une petite annonce ou un événement que vous organisez", illustre Patrick Nollet, instigateur du projet. "Avec Clever Phone, vous disposez d’un numéro que vous pouvez communiquer dans un cadre déterminé, puis éventuellement désactiver."

Si Clever Phone ne coûte rien dans sa configuration de base, cette plate-forme propose également des fonctionnalités payantes (4,99 ou 9,99 euros plus frais de transfert des appels) qui permettent de rediriger les appels selon des horaires précis (exemple : tous les appels entrants débouchent sur votre boîte vocale durant le week-end) ou de bloquer les numéros que vous mettez sur "liste noire". De même, seules les formules payantes donnent droit à un préfixe standard comme le "02/" ou le "04/". Dans le mode gratuit que nous avons testé, notre numéro virtuel commençait par "070/". L’attribution de numéros virtuels n’est pas réellement une nouveauté : depuis plusieurs années, de nombreux acteurs en télécommunications, à l’image du célèbre logiciel Skype, le font déjà par le truchement de la téléphonie par Internet. S’il ne révolutionne donc pas le secteur, Clever Phone vise spécifiquement le marché belge avec la gratuité comme principal attrait auprès des consommateurs, encore peu familiers de cette pratique.

Selon Patrick Nollet, Clever Phone a besoin de récolter 1 500 clients payants pour atteindre l’équilibre financier. Les fondateurs du service espèrent que celui-ci puisse ouvrir officiellement ses portes d’ici un mois.