Bernard Looney est un homme du sérail qui arrive à la tête de BP à l’heure de l’urgence climatique.

Bernard Looney le dit lui-même : il doit "tout ce qu’il a" à BP. Le fils de fermier irlandais âgé de 49 ans va prendre la tête du géant britannique du pétrole après avoir grimpé tous les échelons en près de trente ans.

Il prendra ses nouvelles fonctions en février prochain, après être entré chez BP dès son diplôme d’ingénieur en poche, en 1991.

Originaire d’Irlande, Looney commence sa carrière dans les forages en mer du Nord. Depuis, il s’est hissé en haut de la hiérarchie et fait le tour du monde, de Mauritanie en Irak en passant par le Vietnam ou les États-Unis.

Depuis 2016, il dirigeait la branche d’exploration et production du groupe, la plus stratégique, avec 17 000 personnes sous sa responsabilité sur les quelque 73 000 du groupe, et une production de 2,6 millions de barils équivalent pétrole et gaz par jour.

Il prend le gouvernail de BP une décennie après la pire catastrophe de son histoire, la marée noire provoquée par l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon que le groupe opérait pour forer en eaux très profondes dans le golfe du Mexique.

Une région qu’il connaît bien pour y avoir travaillé entre la fin des années 1990 et le début des années 2000. Et une catastrophe environnementale sans précédent aux États-Unis qui l’a marqué personnellement, en même temps qu’elle a grevé les comptes du groupe de quelque 70 milliards de dollars en nettoyage, réparations et frais légaux.

Pendant la catastrophe, celui qui dirigeait à l’époque les opérations en mer du Nord a fait partie de la cellule de crise envoyée en urgence dans le golfe pour tenter de stopper l’hémorragie de pétrole.

"C’est un dirigeant authentique, progressiste, […] avec une idée claire de ce que BP doit faire pour prospérer pendant la transition énergétique", un défi pour les géants des hydrocarbures à l’heure où la pression publique et politique monte pour lutter contre le réchauffement climatique, s’est félicité le président du conseil d’administration Helge Lund.

M. Looney a notamment amélioré la diversité dans ses équipes, avec un tiers de femmes parmi les dirigeants de ses équipes régionales, dans une industrie encore très masculine.