Polygon Global Partners LLP, actionnaire d'Orange Belgium avec 5,29 % du capital, indique lundi qu'elle n'a actuellement pas l'intention d'accepter l'offre du groupe français Orange pour le rachat de sa filiale Orange Belgium. Elle estime que les autres actionnaires n'apporteront pas non plus leurs actions à l'offre, "à moins et jusqu'à ce qu'une offre juste soit faite". Le groupe français Orange SA, qui possède déjà près de 53 % d'Orange Belgium, a annoncé fin 2020 une offre publique d'acquisition (OPA) de 22 euros par action sur les actions d'Orange Belgium qu'il ne possède pas encore. Début février, Polygon Global Partners LLP avait déjà jugé le prix proposé insuffisant.

Un prix sous-évalué

Selon la société, ce prix sous-évalue substantiellement Orange Belgium. Elle conteste d'ailleurs le récent rapport d'expertise financière indépendant réalisé par Degroof Petercam (DP), à la demande des administrateurs indépendants d'Orange Belgium, qui conclut que l'offre de 22 euros par action ne méconnaît pas les intérêts des actionnaires minoritaires. Polygon considère que les conclusions minimisent la croissance attendue d'Orange Belgium, n'attribue aucune valeur au portefeuille de tours de télécommunication, surestime les coûts attendus (notamment pour l'acquisition du spectre 5G) et donc "ne tient pas compte de la réalité de la situation économique".

Polygon souligne que la banque d'investissement Ondra, qui assure un rôle de conseiller financier, soutient son analyse et estime la valeur des actions d'Orange Belgium, sur une base stand-alone, à un niveau situé entre 32 et 36 euros par action, voire jusqu'à 45 euros par action dans le cas d'une monétisation partielle ou totale des tours de télécommunication.

L'analyse de Polygon a depuis été réactualisée pour tenir compte du business plan d'Orange Belgium jusqu'en 2024, mais la société continue de considérer que la société vaut plus de 40 euros par action et que l'offre de 22 euros par action d'Orange est "dérisoire".