LVMH et Tiffany ont fait la paix et décidé de se marier à nouveau, après des fiançailles rompues en septembre, mais à moindre coût pour le géant mondial du luxe, a annoncé ce dernier jeudi.

LVMH devrait ainsi débourser 131,50 dollars par action du joailler américain, contre 135 dollars prévus au départ.

Les deux groupes ont "conclu ce jour un accord modifiant certains termes du contrat de fusion conclu en novembre 2019" et "aux termes de cet accord, le prix d'offre a été diminué et est désormais de 131,50 dollars par action et la certitude de réalisation de l'opération a été renforcée", détaille LVMH dans un communiqué.

Par rapport aux 16,2 milliards de dollars initialement prévus, cela représente "une réduction de l'ordre de 425 millions", a précisé à l'AFP une source proche du dossier". Soit un montant final d'environ 15,775 milliards d'euros.

"Cet accord équilibré trouvé avec le Conseil d'administration de Tiffany permet à LVMH de travailler à l'acquisition de Tiffany en toute sérénité et de reprendre le cours des discussions menées avec le management de Tiffany sur les modalités d'intégration", a affirmé le PDG de LVMH, Bernard Arnault, cité dans le communiqué qui s'est dit "plus que jamais convaincus du potentiel formidable de la marque" américaine.

"Nous continuons de croire dans la puissance et la valeur de la marque Tiffany et dans les incontestables bénéfices stratégiques et financiers à long terme de cette union", a déclaré pour sa part Alessandro Bogliolo, directeur général de Tiffany.

Le mariage devrait être définitivement scellé courant janvier, après une assemblée générale chez Tiffany, en début du même mois, car le nouvel accord nécessite l'approbation des actionnaires, a ajouté la même source proche du dossier.

Dès que ce feu vert est obtenu, l'union pourra être officialisée, car les autorisations déjà données par les autorités concernées restent valables pour le nouvel accord.