Le prix du baril de pétrole a dépassé pour la première fois le seuil des 104 dollars mercredi à New York, après une baisse surprise des stocks pétroliers aux Etats-Unis, et une chute du dollar, monnaie dans laquelle est vendu le brut. Vers 17H10 GMT, le baril de "light sweet crude" pour livraison en avril, coté à New York, montait à 104,56 dollars, un record absolu.

Cette nouvelle ébullition des cours de l'or noir est due à un recul inattendu des réserves de brut, qui ont chuté de 3,1 millions de barils la semaine dernière aux Etats-Unis, premier consommateur mondial d'énergie, selon les analystes.

Ces derniers tablaient en effet sur une hausse de 2,4 millions de barils. Les investisseurs munis des devises autres que le dollar profitaient aussi d'une nouvelle glissade de celui-ci, pour acheter massivement du pétrole, estiment aussi les analystes. Le dollar est descendu à 1,5302 dollar pour un euro mercredi, un plus bas jamais vu depuis le lancement de la monnaie unique européenne en 1999.