Recticel revoit ses prévisions de bénéfice à la hausse pour cette année. Le spécialiste de mousses isolantes établi à Wetteren (Flandre orientale) s’attend à un bénéfice brut adapté (ebitda) entre 123 et 133 millions d’euros, a-t-il fait savoir mercredi matin. La contribution de FoamPartner, récemment repris, est incluse dans cette estimation.

La tendance positive prise par le chiffre d’affaires au premier trimestre se poursuit. Comme les mesures corona sont levées dans de plus en plus de pays, la demande repart à la hausse. Recticel fait cependant face à une pénurie de matières premières et à des prix plus élevés sur ces matières. Mais l’entreprise dit pouvoir répercuter cette hausse sur le client.

Une OPA pas si simple

Cette annonce de révisions à la hausse tombe à pic en quelque sorte pour l’entreprise car elle est la cible d’une OPA (offre publique d’achat) par le groupe autrichien Greiner, qui a déjà repris près de 30 % des parts en rachetant les actions du holding Bois Sauvage la semaine dernière.

Recticel n’a pas encore formellement réagi à cette tentative de rachat mais l’annonce des prévisions à la hausse devrait doper le cours de l’action et rendre le prix proposé par Greiner de 13,50 euros par action trop faible, alors que certains analystes le trouvaient déjà trop bas. L’un d’eux avançait d’ailleurs plutôt un prix de 18 euros par action et même jusqu’à 25 euros si l’on devait prendre en considération la prime de contrôle, soit la majoration qu’un acquéreur accepte de payer pour détenir le contrôle majoritaire d’une société.

De quoi se défendre face à la tentative d’OPA ou de forcer Greiner à mettre la main à la poche pour racheter des éventuelles actions en circulation. Reste à voir la décision du conseil d’administration de Recticel. Des actionnaires minoritaires auraient déjà contacté le cabinet de conseil Deminor dans ce dossier, le même qui s’est occupé de défendre les intérêts de certains actionnaires lors de la tentative d’OPA d’Orange sur sa filiale belge à un prix considéré par ceux-ci comme trop faible.