Les partenaires vont concevoir et développer en France des véhicules utilitaires propulsés à l'hydrogène, à commencer par le Renault Master dès la fin 2021 puis le Renault Trafic.

Renault et Plug Power ont signé en décembre un protocole d'accord pour la création d'une joint venture à 50/50 d'ici la fin du premier semestre 2021, pour un investissement de "plusieurs dizaines de millions d'euros", a précisé Gilles Le Borgne, directeur de l'ingénierie du groupe Renault.

Plug Power a déjà équipé plus de 40.000 systèmes de piles à combustible, notamment des chariots élévateurs pour WalMart et Amazon. La recherche, la fabrication de piles à combustible et les services associés à cette nouvelle offre seront basés en France, sur un ou plusieurs sites encore à déterminer.

Via cet engagement dans l'hydrogène, Renault veut proposer une alternative moins polluante aux professionnels, dont les camionnettes Diesel ne pourront bientôt plus entrer dans de nombreux centre-villes.

Stocké dans plusieurs réservoirs sous le plancher du véhicule, l'hydrogène offre une autonomie de plusieurs centaines de kilomètres pour quelques minutes à la pompe, et ne rejette que de la vapeur d'eau. Alternative à la batterie électrique, cette énergie est devenue un élément clé des plans de relance de l'économie à travers l'Europe.

L'hydrogène convient notamment aux véhicules les plus lourds, qui sont plus chers et à autonomie limitée s'ils fonctionnent sur batterie.

L'offre de cette joint venture vise d'abord les grandes entreprises qui pourront installer des pompes à leur siège, faute de stations de recharge en nombre suffisant sur la voie publique. "On va faire une proposition holistique, de la vente des voitures à l'installation de stations de recharge, la vente d'hydrogène et l'entretien", a déclaré Gilles Le Borgne à l'AFP.

Plug Power "est un acteur qui a de l'expérience, avec une courbe de baisse de prix très efficace, et avec qui on va pouvoir aller vite", a expliqué Gilles Le Borgne. Renault a l'ambition de devenir "le leader européen des véhicules légers à hydrogène", a-t-il souligné, sur un marché des utilitaires légers dominé par PSA, qui s'est associé de son côté avec Symbio (Faurecia-Michelin).

Le partenariat existant de Renault avec Symbio, qui concernait notamment des Kangoo à hydrogène, "va se poursuivre sur la flotte en exploitation", a précisé Gilles Le Borgne, mais "les nouveaux projets vont basculer dans le cadre de la joint venture avec Plug Power".