Renault a exercé une option pour augmenter de 10pc sa participation dans le fabricant automobile sud-coréen Samsung Motors, a déclaré jeudi une porte-parole du groupe français.

«Le contrat vient juste d'être signé. Nous avons exercé une option qui figurait dans l'accord signé en 2000», a-t-elle déclaré. Avec cette nouvelle participation, acquise pour 55 milliards de won (46 millions d'euros), Renault porte sa part dans Samsung Motors à 80,1pc, le solde du capital étant détenu par Samsung Group.

La finalisation de l'accord devrait prendre environ un mois. Carlos Ghosn, le président de Renault nommé en avril 2005, doit annoncer son plan stratégique le 9 février. Il a dévoilé le mois dernier un projet d'expansion pour sa filiale coréenne, dont une hausse rapide des exportations et le développement d'un véhicule 4x4 d'ici fin 2007.

Renault, deuxième constructeur automobile français, dont la capitalisation boursière est proche de 20 milliards d'euros, est aussi allié à Nissan. L'entreprise française détient un peu plus de 40pc de la firme japonaise qui a connu récemment un spectaculaire redressement. Les analystes estiment que les alliances japonaise et coréenne de Renault devraient autoriser la mise en oeuvre de synergies dans le futur, ce qui joue en faveur du constructeur français. Mais ces alliances comportent aussi des inconvénients: en ce qui concerne les petites voitures, par exemple, la concurrence japonaise et coréenne est intense et les marges du groupe sont donc sous pression.

A Paris, l'action Renault a clôturé sur une hausse de 1,31pc à 69,40 euros.

© La Libre Belgique 2005