A la lueur des développements récents, la conjoncture économique belge suscite à nouveau de fortes inquiétudes" , estime l’Institut de recherches économiques et sociales (UCL) qui table, dans la dernière édition de ses "Perspectives économiques", sur une croissance limitée à 0,3 % en 2013 (1).

En toile de fond, pour rappel : l’activité a stagné au troisième trimestre 2012 après avoir reculé au deuxième; l’emploi a diminué pour la troisième fois consécutive; le chômage a continué à augmenter; le climat des affaires s’est affaibli; et la confiance des ménages a sombré à un niveau proche de celui auquel elle était tombée lors de la crise économique et financière (2008-2009).

Au plan international, la conjoncture économique demeure fortement déprimée dans la zone euro, la croissance reste modeste aux Etats-Unis et elle est moins soutenue que par le passé dans les pays émergents.

" Dans ce contexte globalement morose, il est probable que la croissance en Belgique aura à nouveau reculé au dernier trimestre 2012 et qu’elle restera faible pendant la première moitié de 2013 ", note l’Ires.

" Dans notre analyse d’octobre dernier, nous prévoyions une reprise progressive de l’activité en 2013 en comptant sur un rétablissement progressif de la confiance des ménages et des entreprises. Nous confirmons cette prédiction mais nous estimons que la reprise débutera plus tard que ce que nous pressentions il y a trois mois. C’est la raison pour laquelle notre prévision de croissance pour 2013 a été ramenée à 0,3 % alors que nous l’avions fixée à 0,8 %", reconnaît l’Institut.

En résumé, voici les prévisions de l’Ires pour 2013 :

- en recul de 0,2 % en 2012, le PIB belge en volume augmenterait de seulement 0,3 % en 2013;

- après une contraction prévue de 16 600 unités en 2012, l’emploi diminuerait encore de 3 600 unités en 2013;

- en hausse de 21 700 unités en 2012, le nombre de chômeurs augmenterait de 39 500 unités en 2013;

- de 2,8 % en 2012, l’inflation redescendrait à 1,5 % en 2013;

- en tenant compte des mesures budgétaires décidées par le gouvernement, le déficit budgétaire des administrations publiques diminuerait à 2,5 % du PIB en 2013.

Point de retournement en vue en Chine

" Les perspectives de croissance en zone euro se stabilisent après une phase de ralentissement, notamment dans ses trois premières économies, Allemagne, France et Italie, et une amélioration pointe en Chine ", selon les indicateurs composites avancés publiés lundi par l’OCDE. "Après une période de ralentissement, les signes de la présence d’un point de retournement sont plus forts qu’en décembre" , dit l’Organisation de coopération et de développement économiques.

(1) http://www.regards-economiques.be