La chaîne de restaurants Lunch Garden a annoncé aux syndicats mardi, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, son intention de supprimer, dès décembre et jusqu'à mars, 138 emplois (54 ouvriers et 84 employés) sur les 1100 qu'elle compte en Belgique. Des restaurants non rentables pourraient être fermés, a fait savoir la direction aux représentants du personnel, même si son intention est d'en conserver "un maximum". Une procédure Renault de licenciement collectif est ouverte.

La direction justifie cette restructuration par des difficultés liées à la crise du Covid-19. Elle va mettre en œuvre un plan de transformation qui inclut des économies mais elle n'a donné à ce stade aucune précision aux syndicats, indique le permanent Setca Stéphane Piron. "La stratégie industrielle de Lunch Garden n'a pas été dévoilée. La direction a seulement évoqué le fait d'essayer d'attirer une nouvelle clientèle et de diversifier ses menus. Quant aux suppressions d'emplois, nous ne savons pas quels services sont concernés", dit-il.

Toujours selon le syndicaliste, Lunch Garden va tenter d'obtenir le statut d'entreprise en difficulté et elle compte recourir aux départs en RCC (ex-prépension) pour éviter au maximum les licenciements secs.

"C'est une annonce très brutale, alors que nous avions une garantie d'emploi jusqu'en 2024. Il y avait eu deux restructurations chez Lunch Garden, en 2009 et 2014 et le personnel avait consenti à beaucoup d'efforts. Il y avait perdu tous ses avantages, comme les primes. Aujourd'hui, j'estime que les travailleurs vont payer la note pour les erreurs de gestion. C'est inacceptable", commente Eddy Moortgat, secrétaire du conseil d'entreprise (Setca).

Le délégué syndical craint que Lunch Garden soit au bord de la faillite. "Il n'y a plus aucune liquidité et l'entreprise a contracté, en décembre et janvier, un prêt bancaire de 77 millions d'euros, dont les intérêts à rembourser se montent à 1,4 million par an."

Le prochain conseil d'entreprise extraordinaire de la procédure Renault aura lieu vendredi. Les syndicats espèrent que la direction leur présentera sa stratégie pour l'avenir.

En Belgique, Lunch Garden exploite en propre 61 restaurants. Quatorze autres sont gérés par des franchisés.