Ouvriers et employés ont voté "oui" à 71%. Le plan social devrait être signé ce mardi. Cent travailleurs vont perdre leur emploi dans les deux ans.

Le personnel de Lhoist a validé l'accord social sur la restructuration du groupe en Wallonie, conclu le 7 janvier, a annoncé le front commun syndical mardi. Des séances de vote à bulletins secrets avaient été organisées lundi sur les trois sites concernés par les pertes d'emplois, au nombre de 100. Ouvriers et employés ont voté "oui" à 71%.

"Mais les travailleurs ne sont pas pour autant satisfaits", écrit le front commun dans un communiqué. "Bien que l’accord soit équilibré et permet aux travailleurs en fin de carrière de partir dignement, les représentants des travailleurs conservent une grande amertume. Ils ne sont toujours pas convaincus par les arguments de l’employeur concernant l’obligation de réduire autant les effectifs. D’ici fin 2021, cent travailleurs perdront leur emploi. Pour une grande partie d’entre eux, cela passera par des régimes de fin de carrière, principalement par des départs en RCC (prépension, NdlR), mais personne ne sait si cela sera suffisant. Il y aura plus que probablement de la casse sociale, même si celle-ci sera limitée grâce au plan social négocié. Néanmoins, certaines familles restent dans l’inconnu."

Une des craintes des syndicats, en effet, c'est qu'il n'y ait pas suffisamment de candidats au départ volontaire.

Les représentants du personnel expriment également "leurs inquiétudes concernant la nouvelle organisation du travail" chez Lhoist, parallèlement au plan de restructuration, et font savoir qu'ils "restent sur leurs gardes. À partir du premier licenciement, plus aucun travailleur intérimaire ne pourra mettre un pied sur les différents sites".

Le plan social devrait être signé ce mardi. Les syndicats et la direction se rencontrent cet après-midi pour une série de question au sujet de l'accord et de la mise en œuvre du plan social.