Le premier producteur mondial d’aluminium, le russe Rusal, s’est assuré la participation de quatre investisseurs clés à son introduction en Bourse (IPO) prévue à Hong Kong, pour un montant de deux milliards de dollars américains. Ces investisseurs sont le magnat des médias sino-malais Robert Kuok, le fonds spéculatif new-yorkais Paulson&Co., Nathaniel Rothschild, descendant de la célèbre famille de banquiers européens, et la banque publique russe Vneshekonombank (VEB). Robert Kuok est le fondateur du groupe éponyme qui dirige l’entreprise immobilière cotée à Hong Kong Kerry Properties et possède le quotidien anglophone South China Morning Post. Le géant russe a sécurisé avec ces quatre investisseurs l’opération d’introduction en Bourse prévue pour fin janvier. M. Rothschild est un ami du PDG de Rusal Oleg Deripaska, selon DJ. Le fonds de gestion d’actifs Black Rock et le Los Angeles Capital Group examineraient par ailleurs toujours l’acquisition d’actions Rusal, selon l’agence. La semaine dernière, le quotidien russe Vedomosti avait affirmé que Black Rock et China Investment Corporation (CIC) avaient donné "un accord préliminaire" pour acheter des actions du géant de l’aluminium. Les autorités russes avaient déjà fait savoir que la banque VEB, un important créancier du groupe, devait acquérir de son côté 3 % des actions du producteur d’acier. Le groupe veut vendre 10 % de son capital et utiliser une partie des fonds ainsi récoltés pour amortir une partie de sa dette. Il avait décroché début décembre un accord avec l’ensemble de ses créanciers pour restructurer cette dernière qui s’élève à 16,8 milliards de dollars. Bank of China, l’un des instigateurs de l’opération, a évalué l’entreprise à 26,7 milliards de dollars et indiqué qu’il pourrait dégager en 2009 un bénéfice net de 505 millions de dollars. La Bourse de Hong Kong avait refusé de donner son aval au moins à trois reprises depuis fin novembre, en raison d’inquiétudes sur la dette colossale de Rusal, de 16,8 milliards de dollars. Mais le comité de cotation approuve désormais l’opération. Les actions de Rusal seraient ainsi les premières d’une entreprise russe à être introduites en Bourse sur ce marché. Le groupe a aussi évoqué une future cotation à la Bourse de Paris, afin de bénéficier ainsi d’une cotation 24 heures sur 24. Mais le groupe marche sur des œufs dans ces opérations à grande visibilité médiatique : l’oligarque Oleg Deripaska a souvent été critiqué pour ses liens présumés avec des organisations criminelles. Et les gestionnaires de fonds apprécient avant tout la transparence. (d’après AFP)