Michael O’Leary, le patron de Ryanair a l’art de faire parler de lui et de sa compagnie. D’après l’Irlandais, d’ici quelques années, Ryanair va proposer à ses clients de voyager gratuitement sur ses avions. “Notre grand défi dans l’avenir est de continuer à baisser nos prix”, explique-t-il ainsi à nos confrères du quotidien britannique “The Guardian”. "J’ai cette vision que dans les 5 à 10 prochaines années, nos avions seront pleins et les tarifs de Ryanair seront gratuits”.

Comment la compagnie irlandaise va-t-elle gagner de l’argent avec des billets à zéro euro ? Simple, d’après M. O’Leary : elle va se payer via les revenus… des aéroports. En fait, le patron inverse le “business model” existant : plutôt que de payer pour avoir un accès à un aéroport, les compagnies aériennes seront payées pour y amener des clients dans les boutiques des terminaux.

Selon M. O’Leary, cette inversion se fera en deux temps. D’ici quelques années, les profits des boutiques d’aéroports vont augmenter grâce à "l’explosion" du trafic aérien. Il explique ainsi que les aéroports vont devenir “si rentables” qu’ils pourront “d’ici 5 à 10 ans" supprimer les taxes imposées aux compagnies aériennes. “Je pense vraiment que cela va arriver, mais pas dans les grands aéroports tels que Londres- Heathrow", développe M. O’Leary. "On voit que cette tendance de diminuer les taxes et charges existe déjà chez de nombreux plus petits aéroports cherchant à accroître leur trafic. Et moi, je vous paie déjà pour voler sur Ryanair : on vend certains de nos tickets à 5 euros, tout en payant 15 euros de taxes et charges aux aéroports. Si ces taxes sont éliminées, nos tickets promotionnels seront gratuits”.

Mieux, dans le futur monde imaginé par M. O’Leary, en plus de ne plus payer de taxes, les transporteurs aériens amenant le plus de clients seront en mesure de réclamer de l’argent aux aéroports. D’où une augmentation, voire une généralisation de ces tickets gratuits proposés par Ryanair dans le futur.

Faut-il y lire une loufoquerie en plus du patron irlandais ? Oui et non. Même s’il est vrai que les revenus générés par les magasins des aéroports ont tendance à augmenter, ils demeurent largement inférieurs à ceux des taxes payées par les compagnies. Et on voit mal ce modèle être inversé en si peu de temps.

Notons toutefois que Ryanair a déjà anticipé cette perte de recettes sur ses tickets : plus d’un quart de ses revenus provient ainsi “d’extras” (ventes de produits à l’intérieur des avions, location de voitures,..).