"Nous en avons fait la demande aujourd'hui", a dit Margareta Högström à l'AFP, en ajoutant que Saab s'attendait à ce que le tribunal ferait connaître sa décision plus tard dans la journée.

La décision intervient alors que GM vient d'annoncer que Saab pouvait se déclarer en faillite "dès ce mois-ci", à moins qu'il ne reçoive une aide du gouvernement suédois, ce que ce dernier a aussitôt refusé.

Une mise en redressement judiciaire permettrait à Saab de survivre en partie, et aux fournisseurs, qui ne pourront recouvrir leurs dus si le groupe se déclarait en faillite, de récupérer un peu d'argent en acceptant un règlement partiel.