Alléchante, la formule n’en cache pas moins certains pièges.

Ça y est, vous avez déniché la voiture de vos rêves. Il ne reste plus qu’à la financer. Entre les banques d’un côté et les constructeurs et concessionnaires de l’autre, chacun y va de son offre dite "exceptionnelle". Et, parmi celles-ci, le taux à 0 %. Bon plan, n’est-ce pas, pourquoi encore chercher ailleurs ? Pas si vite, car si votre concessionnaire vous propose un taux à 0 %… il doit bien s’y retrouver quelque part.

En effet, emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent, c’est bien connu. Et votre concessionnaire devra, lui, emprunter la somme de votre achat auprès d’une institution bancaire qui, elle, se montrera moins généreuse et appliquera bien un taux d’intérêt. Comprenez que ce qui vous est donné d’une main devra être repris ailleurs.

Ce type de formule oblige généralement l’acheteur à payer une première mensualité beaucoup plus importante, pouvant atteindre 30 % de la valeur du véhicule. Souvent, avec un financement à 0 %, vous n’êtes pas non plus propriétaire du véhicule durant la durée du crédit.

Vous ne pourrez donc pas vendre votre véhicule durant cette période, tout profit pour le vendeur qui vous verra alors pousser plusieurs fois la porte de son garage pour l’entretien du véhicule (même si vous êtes libre de le faire entretenir ailleurs). Et c’est aussi sur ce genre de prestations que les bénéfices sont les plus élevés.

Enfin, et c’est là que le concessionnaire est sûr de se rattraper, les avantages qui vous seront octroyés à l’achat du véhicule seront bien moins élevés que si vous le faites financer à un taux plus élevé. Premièrement, la valeur de reprise de votre ancien véhicule sera sûrement moindre. Deuxièmement, lorsqu’il s’agira de négocier le montant de la remise, vous aurez aussi droit à moins d’avantages en optant pour le taux à 0 %. Enfin, n’espérez pas que le vendeur se montre aussi généreux côté options non plus…

Faites donc vos calculs car avec des taux à 0,65 %, comme ceux pratiqués par Beobank, il y a de grandes chances que le faible montant d’intérêts qui courent sur le crédit soit nettement plus avantageux que les remises que vous octroiera le concessionnaire en vous faisant la "fleur" d’un taux à 0 %.