"Cela correspond à ce qui a été annoncé en juin l'an dernier", commente Olivier Bogillot, le président France de Sanofi, après des informations de France Inter évoquant 400 suppressions de postes dans cette branche. 

"Il va y avoir environ 1.000 départs en France, sur un calendrier de trois ans, dans différentes parties de l'organisation, dont la R&D. (...) On a fait les annonces en juin, et il a fallu le temps de mettre en place toutes les orientations stratégiques", détaille le patron.

Sanofi avait annoncé l'an dernier la suppression de 1.700 emplois en Europe, dont un millier en France, correspondant à la stratégie mise en place par le nouveau patron du groupe, Paul Hudson.

"On ne peut pas commenter précisément les chiffres ni dire où se situent les départs, car on doit donner ces informations en priorité aux instances représentant le personnel, soulign Olivier Bogillot. Mais nous avons toujours indiqué que c'est un plan de départs volontaires". L'entrée dans les négociations est attendue à la fin janvier, pour de premiers départs en deuxième partie de 2021.

Selon la CFDT, les 400 suppressions de postes R&D en France évoquées ne sont pas nouvelles. Elles font partie de celles annoncées en juin et leurs modalités n'ont "pas encore été négociées", indique Aline Eysseric, membre CFDT du comité social et économique (CSE) central de Sanofi Aventis R&D (SARD).

Au total, le groupe veut supprimer "environ 750 postes en R&D en Europe, dont 400 en France et 350 en Allemagne", aprécise Mme Eysseric. Ce dossier pourrait figurer à l'ordre du jour, le 28 janvier, du prochain CSE central de SARD.

"Course au vaccin" perdue

La CGT a dénoncé de son côté quinze années de plans d'économies successifs chez Sanofi. Résultat: "on a perdu la course au vaccin contre le Covid, après avoir empoché 1,5 milliard d'euros de crédits d'impôts divers depuis dix ans", déplore le syndicat.

"On va encore perdre des effectifs de chercheurs", proteste Jean-Louis Peyren, coordinateur CGT du groupe Sanofi, sans certitudes sur le nombre d'emplois en R&D qui vont encore disparaître mais en affirmant qu'il s'agit de nouvelles suppressions de postes.

Selon Pascal Lopez, membre FO du Comité de groupe de Sanofi, le projet examiné le 28 janvier concerne 600 suppressions de postes en R&D, assorties de 200 embauches compensatrices dans les domaines du digital et la biotechnologie.

"Ce solde net de 400 suppressions de postes vient en supplément de celles annoncées en juin 2020", assure M. Lopez.

Sanofi avait indiqué fin 2019 vouloir rationaliser ses dépenses, avec un objectif de deux milliards d'euros d'économies d'ici à 2022, notamment en arrêtant la recherche dans le diabète, l'un de ses cœurs de métier traditionnel, ainsi que dans le cardiovasculaire.

Le groupe pharmaceutique, qui travaille au développement de deux vaccins anti-Covid, ne sera pas en mesure d'en proposer un avant fin 2021. Ce retard par rapport à certains concurrents lui a valu des critiques sur sa stratégie. Plusieurs syndicats de Sanofi appellent les salariés à faire grève mardi dans une vingtaine de sites en France pour protester contre les restructurations et la politique salariale.