Cet accord se décompose en une enveloppe "d'environ 1,5 milliard de dollars" destinée aux autorités américaines et d'une autre de 700 millions de dollars pour régler des plaintes collectives et des frais de justice et d'avocats, a indiqué le constructeur dans un communiqué.