Scarlet, un des principaux concurrents de Belgacom, a annoncé jeudi avoir racheté Signpost, un fournisseur Internet qui propose depuis 2004 des abonnements ADSL à bas prix au monde académique, que ce soient des étudiants ou des professeurs. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé, mais cette acquisition permet à Scarlet de compter 17 000 clients ADSL supplémentaires sur le marché belge. Ceux-ci continueront à être desservis aux mêmes conditions sous la marque Full Telecom.

Au total, la société néerlandaise - active en Belgique et aux Pays-Bas - compte désormais 350 000 clients résidentiels et professionnels dans ces deux pays, dont plus de 50 pc sont des clients Internet.

Cette acquisition de Signpost constitue la première nouvelle positive émanant de Scarlet depuis très longtemps. Récemment, les rumeurs les plus alarmistes ont, en effet, circulé sur l'état de santé de cet opérateur néerlandais, qui avait multiplié les acquisitions il y a quelques années - NETnet, KPN Belgique, Planet Internet, Tiscali... -, mais qui semble depuis lors avoir un certain mal à les digérer.

Les remous sont tout d'abord sociaux. En un peu moins de deux ans de temps, le nombre de personnes employées par l'entreprise est passé de 400 à 270 personnes. Une forte réduction qui résulte notamment d'un programme de départs volontaires proposé par Scarlet à ses travailleurs en novembre dernier.

Les remous sont également techniques. Le lancement du produit "Scarlet One", qui permet de se passer d'abonnement Belgacom, s'est accompagné de gros couacs, et a suscité un énorme flot de plaintes. A un tel point qu'une enquête de Think/BBDO a révélé récemment que Scarlet est la marque dans laquelle les Belges ont le moins confiance.

Enfin, il y a des remous au niveau de la direction. Exit le directeur stratégique Tjeerd van Sitteren et le directeur belge Willy Coolen, désormais les filiales belge et néerlandaise sont dirigées par le seul Gert Post. C'est lui qui devra redresser la barre.