Le président de la CSC, Luc Cortebeeck, a qualifié de honteuses les proposition de la N-VA visant la scission des allocations de chômage et de l'Onem. Selon lui, cette mesure aurait comme seul effet de rendre la situation des demandeurs d'emploi encore plus difficile. Il est faux d'affirmer qu'une telle scission améliorerait le fonctionnement du marché du travail dans les Régions. Elle déboucherait au contraire sur la création de trois petits Onem entraînant surtout des coûts supplémentaires sans garantie d'un meilleur service, a-t-il averti.

"Ce qui est sûr, c'est que l'on se retrouvera devant trois réglementations du chômage, avec tous les problèmes que cela comporte pour les employeurs, les chômeurs et les entreprises dont la vie n'est pas recluse dans une Région. Ce qui est sûr, c'est que l'assurance sera beaucoup plus sensible aux chocs sur le marché du travail car au plus large est l'assise, au mieux l'assurance résiste aux chocs. Ce qui est sûr, c'est que l'on organisera une discrimination entre les chômeurs, parce que les cotisations seraient les mêmes dans chaque Région mais les droits seraient différents. Et ce qui est sûr, c'est que l'on entravera de la sorte la mobilité", a-t-il expliqué dans une tribune libre sur le site de la VRT (deredactie.be).

Le président du syndicat chrétien renvoie également au programme électoral de la N-VA: suppression des allocations d'attente pour les anciens étudiants, limitation dans le temps des allocation de chômage, etc. Au lieu de créer de l'emploi, la N-VA veut supprimer ou réduire les allocation des jeunes ou des demandeurs d'emploi de longue durée, a-t-il fait remarquer.