Entreprises & Start-up La start-up a actuellement neuf zones pop-up en plus de sa zone principale.

Petit à petit, la zone de Scooty s’agrandit. Ce jeudi, la start-up belge de scooters partagés a annoncé la création de huit nouvelles zones d’utilisation dans Bruxelles. Tous situés en périphérie, les nouveaux quartiers concernés sont : le parc de Tervuren, l’Atomium, le Docks Brussels, Stockel, Herrmann Debroux, Alma, Sainte-Alix et l’hôpital de la VUB à Jette. Récemment, Scooty avait également mis en place une nouvelle zone pop-up sur la place Saint-Job, à Uccle.

Une alternative au transport en commun

"Nous avons installé ces nouvelles zones suite à l’agrandissement de notre flotte", explique Camille Callens, responsable communication chez Scooty. En juin dernier, la start-up présente à Anvers et Bruxelles a en effet considérablement augmenté son nombre de scooters. Dans la capitale, elle est passée de 150 à 250. "Pour agrandir notre territoire, on a décidé de choisir des zones situées en périphérie qui, selon nous, ne sont pas assez accessibles en transports en commun." Ainsi, les Bruxellois ou visiteurs qui désirent aller au musée de l’Afrique ou à l’Atomium auront une alternative au long voyage en transport en commun pour atteindre leur but. "Pour Stockel, on voit ce lieu comme un hub de la mobilité. C’est la fin d’une ligne de métro donc ça peut permettre aux utilisateurs de faire les derniers kilomètres jusqu’à leur destination." Et en installant une zone à Alma, Scooty vise aussi les étudiants du campus.

Au total, neuf zones supplémentaires sont couvertes par la start-up, en plus de sa zone principale qui couvre une partie de Bruxelles-Ville, d’Uccle, de Saint-Gilles et de Forest ainsi qu’Ixelles et Etterbeek.

Principalement à l’Est du canal de Bruxelles, Scooty aimerait, à terme, s’étendre à d’autres communes. "On avait élargi notre zone à Schaerbeek mais il y a eu beaucoup de vandalisme. On a donc arrêté, poursuite Camille Callens. En fait il faut essayer. Toute la commune de Schaerbeek n’est pas touchée par ce phénomène, il y a des rues où ça fonctionne et d’autres pas."