Après Paris mardi, Roeland Baan, patron de Mittal-Europe était mercredi à Bruxelles pour dire tout le mal que le plus gros producteur mondial d'acier pense du rapprochement entre Arcelor (sur lequel le groupe a lancé une OPA) et le russe Severstal. «Ce n'est même pas une fusion comme les dirigeants le font croire, car Mordashov conserve encore dans Severstal 25 pc des droits de vote. Le prix payé (13 milliards d'euros) est trop élevé. Dans l'autre sens, les dirigeants d'Arcelor ont remis les clés de leur groupe à M. Mordashov sans avoir consulté les actionnaires. Mittal a présenté un plan industriel crédible, rencontré les gouvernements, pris des engagements notamment sur l'emploi et donné des garanties, ce qui n'est pas le cas de Severstal», fustige-t-il.

L'initiative d'actionnaires d'Arcelor, coordonnée par Goldman Sachs, la banque-conseil de Mittal porte ses fruits. Ils ont réussi à mobiliser environ 30 pc des actionnaires et ont envoyé une lettre au président Joseph Kinsch pour qu'il convoque une assemblée générale (AG) extraordinaire. Ils pourront ainsi se prononcer sur l'opération Arcelor/Severstal et adopter leur résolution. Arcelor a 30 jours pour convoquer une AGE. Le groupe avait prévu une AG ordinaire le 28 juin à cet effet, mais les actionnaires auraient été obligés de se prononcer sur un texte de la direction. Elle avait indiqué que l'opération Arcelor/Severstal ne sera rejetée que si des actionnaires représentant plus de 50 pc du capital se prononçaient contre elle. «Ils savent très bien que ce quota ne sera jamais atteint. C'est une démocratie d'entreprise de pacotille», dénonce M. Baan. «Nous comprenons qu'environ 30 pc des actionnaires aient déjà demandé un vote sur l'opération Severstal et nous saluons cette initiative. Les actionnaires doivent avoir le droit de choisir entre les deux fusions. Nous croyons toujours que la fusion Mittal/Arcelor est supérieure à tous points de vue», dit Mittal.

D'après Roeland Baan, Mittal dispose de réserves de mines et de charbon plus importantes que celles de Severstal. De plus, Arcelor/Severstal ne créera qu'un ensemble produisant 70 millions de tonnes, alors que Mittal/Arcelor aura une production de 110 millions de tonnes. Sans oublier qu'il sera leader incontesté sur 4 continents (Afrique, Europe, Amérique, etc.).

Le groupe a reçu hier le feu vert du régulateur luxembourgeois sur son offre améliorée qui valorise Arcelor à 25,8 milliards d'euros (18,6 milliards dans la première offre). La clôture de l'OPA est prolongée du 29 juin au 5 juillet inclus. «Notre offre continue et notre but est d'avoir 51 pc d'Arcelor. S'il aboutit, le deal Arcelor/Severstal ne sera plus d'actualité et nous sommes disposés à travailler avec le management d'Arcelor, ils connaissent bien leur groupe, nous le nôtre et notre ambition est de produire des aciers de haute qualité et à un bon prix», conclut-il.

© La Libre Belgique 2006