La société Shell a indiqué qu'elle allait supprimer près de 900 emplois aux Pays-Bas, soit un dixième de ses employés néerlandais. Une annonce qui fait suite au grand plan de réorganisation communiqué plus tôt par l'entreprise active dans les domaines du gaz et du pétrole.

Au mois de septembre, Shell avait expliqué qu'elle se séparerait de 7 000 à 9 000 employés à l'échelle mondiale. Des licenciements qui font suite à la crise du Covid-19 et qui auront comme objectif de réduire les coûts. La répartition des licenciements n'était toutefois pas connue jusqu'ici.

700 emplois menacés au Royaume-Uni

Shell laisse d'ailleurs toujours peu de détails filtrer à ce sujet, puisqu'on ignore toujours quelles fonctions seront concernées par cette annonce. Un porte-parole de l'entreprise a souligné qu'à côté des suppressions, de nouveaux jobs allaient également être créés. Il précise également qu'un bon plan social a été mis sur pied et que Shell accompagnera autant que faire se peut ses collaborateurs dans leur recherche d'un nouvel emploi.  

D'autres pays vont également être concernés par le plan de réorganisation. Shell a précisé qu'elle comptait réduire de 10 à 14 % le nombre ses employés au Royaume-Uni, soit un peu plus de 700 personnes.

En contrepartie, 300 nouveaux postes seront créés pour ses activités en mer du Nord. Ils devraient principalement concerner les bureaux de l'entreprise situés à Aberdeen en Ecosse.

Entre temps, près de 1 500 employés à travers le monde ont déjà fait part de leur intention de partir de façon volontaire.