Siemens continue de faire le ménage: le groupe allemand vient de mettre un point final aux relations avec son ancienne filiale Infineon et d'annoncer un important remaniement de son directoire, avant des mesures attendues dans les activités à problèmes d'informatique et de télécoms. Siemens a chargé la banque d'affaires américaine Goldman Sachs de placer 136,29 millions d'actions Infineon, soit l'intégralité des 18,23 pc qu'il détenait encore dans le fabricant de semi-conducteurs. Une source proche du dossier a évoqué 8,40 euros par titre, ce qui valorise le paquet à 1,143 milliard d'euros.Siemens avait entamé une politique de retrait progressif du capital d'Infineon début 2000, avec l'introduction en Bourse du fabricant de semi-conducteurs, et ne faisait pas mystère de son intention de sortir du capital. Il vient de passer à l'acte, refermant ainsi définitivement un chapitre parfois difficile. Jusqu'au passage de Siemens sous la barre des 50pc du capital fin 2001, le fabricant de semi-conducteurs, confronté à la déprime du marché des mémoires, avait plombé les comptes de sa maison mère. La sortie du capital d'Infineon intervient coup sur coup avec un remaniement de la direction de Siemens, le plus important depuis l'arrivée aux commandes il y a quatorze mois de son nouveau patron Klaus Kleinfeld.Le groupe a annoncé mercredi, en l'expliquant par des raisons personnelles, le départ anticipé de son directeur financier, le très respecté Heinz-Joachim Neubürger. Il sera remplacé dès le 1ermai par l'actuel responsable stratégique, Joe Kaeser, 48 ans, donné comme un proche de M. Kleinfeld. Le responsable de la division en crise de téléphonie Com, Lothar Pauly, est parti l'an passé chez Deutsche Telekom.Parallèlement à l'emploi de méthodes expéditives pour régler les problèmes (les téléphones portables ont été vendus, presque 8000 suppressions d'emplois ont été annoncées), M. Kleinfeld a entrepris de rajeunir le directoire et de lui donner une dimension plus internationale, conforme à l'image qu'il veut donner du groupe.

Ainsi, Siemens a aussi annoncé mercredi l'arrivée au directoire de l'Espagnol Eduardo Montes, 54 ans. Il dirigera à partir de mai la division de téléphonie Com, dont la restructuration est toujours en chantier, et se terminera peut-être par un démantèlement.

© La Libre Belgique 2006