Les investisseurs belges s’affolent en ce début d’année alors que l’indice BEL20, ce témoin de la santé de la Bourse de Bruxelles, renâcle à l’approche du cap des 3 000 points. Problème ? Non, il est normal qu’un tel indicateur technique qui synthétise l’évolution du marché belge des actions évolue d’une manière particulière à l’approche de niveaux "ronds" puisque ceux-ci servent de points de repère pour le calcul d’une série de produits dérivés, sicav, warrants ou contrats à terme. 

Aujourd’hui, les gestionnaires professionnels achètent ou vendent en effet la Bourse de Bruxelles sur base de paniers virtuels d’actions dont la composition est calquée sur celle de l’indice. Dès lors, à l’approche des 3 000 points, ou des 3 500 ou du cap "rond" supérieur, on peut craindre des ventes techniques portant sur l’ensemble des grosses valeurs du marché… Ou espérer des achats, selon la configuration économique du moment. Actuellement, l’espoir d’une reprise a la cote. Et le cap des 3 000 apparaîtrait comme un encouragement à l’achat, s’il devait être franchi. 

Mais à considérer l’évolution du baromètre de la Bourse de Bruxelles avec un peu de recul, il semble surtout que le redressement de notre marché et de notre économie ne soit qu’à ses débuts. En 2007, avant une crise financière et économique exceptionnelle, cet indice avait plafonné à 4 749,45 points. Pour revenir à ce niveau, notre marché boursier devrait encore progresser de 58 %. En oubliant qu’avant la crise, cet indicateur comprenait près de 50 % de valeurs financières dont certaines, Fortis Group ou Dexia ont entre-temps disparu, corps et biens.

Ce mercredi midi, prenons le temps d’analyser la situation économique de la Belgique, ainsi que l’évolution des marchés financiers. Notre modèle social est-il durable ? Quels sont les effets d’une politique d’austérité ? Où en est le niveau d’endettement de notre pays ? La fin de la crise est-elle pour 2014 ? Les patrons, tels que Marc du Bois et Jean-Pierre Lutgen, ont-ils raison d’affirmer que les politiques ne comprennent rien aux entreprises ?

Dès 12h30, l’économiste Bruno Colmant répondra à vos questions lors d'un chat. Posez toutes vos questions dans l'espace ci-dessous !