Le ministère public zurichois a requis lundi à Bülach des peines de prison allant de 6 à 28 mois et des amendes de 38 000 à 1,08 million de francs suisses (de 23 400 à 666000 euros) contre les anciens responsables de la compagnie aérienne Swissair.

Mario Corti est le plus chargé des 19 accusés. Au terme d'un réquisitoire de trois jours, le ministère public, par la voix de son procureur en chef Christian Weber, a requis 28 mois de prison, dont six mois ferme contre le dernier patron de SAirGroup. Il est le seul à se voir doter d'une peine ferme. Le procureur a aussi réclamé une amende de 1,08 million de FS (666000 euros) à M. Corti, accusé de gestion déloyale, gestion fautive, faux renseignements sur des sociétés commerciales, dommages aux créanciers et avantages à d'autres.

A l'encontre de Philippe Bruggisser, patron de Swissair durant près de six ans jusqu'à janvier 2001, le ministère public réclame une peine de prison de 15 mois avec sursis et une amende de 400000 francs (246600 euros). M. Bruggisser répond de gestion déloyale et mauvaise gestion.

Gestion déloyale

Pour Eric Honegger, président du conseil d'administration de SAirGroup et patron entre le départ de Philippe Bruggisser et l'arrivée de Mario Corti en mars 2001, le ministère public exige une peine de 8 mois de prison avec sursis et une amende de 90 000 FS (55500 euros). L'ancien conseiller d'Etat zurichois est accusé de gestion déloyale.

Pour les anciens membres du conseil d'administration, le ministère public a requis des peines de prison allant de 6 à 10 mois. Ils sont accusés de gestion déloyale et de diminution effective de l'actif au détriment des créanciers. Leurs amendes pourraient atteindre entre 38 000 et 540 000 FS (entre 23 400 et 333000 euros). (Belga)