La direction de Skeyes demande au prochain gouvernement fédéral des règles claires sur un service minimum en cas de grève des contrôleurs aériens, a indiqué mardi son patron, Johan Decuyper, devant la commission Mobilité de la Chambre. "De préférence, nous convenons de cela avec les syndicats, mais si cela ne marche pas, les autorités devront peut-être intervenir", estime le responsable de l'ancien Belgocontrol. Le service minimum était évoqué dans l'accord de gouvernement. Direction et syndicats de Skeyes en ont discuté pendant un certain temps mais la concertation a par la suite été mise entre parenthèses.

La direction remet donc le dossier sur la table. "Il est urgent d'avoir un cadre clair, ancré dans la loi, pour un service garanti, à l'instar de ce qui se fait au sein d'autres services publics", estime-t-on chez Skeyes, dans un memorandum destiné au prochain gouvernement fédéral.

Ainsi, un service minimum a été mis en place à la SNCB mi-2018. Le ministre de la Mobilité, François Bellot (MR), avait pris l'initiative après que les partenaires sociaux eurent échoué à se mettre d'accord sur la mise en place d'un service minimum, les syndicats dénonçant une atteinte inadmissible au droit de grève.

La direction de Skeyes voudrait, concrètement, savoir à l'avance, en cas de préavis de grève, quels travailleurs participeront à la grève, afin de pouvoir mettre en place un service minimum et de planifier les opérations. "L'impact des grèves pourrait être atténué si le niveau de service attendu est annoncé à l'avance", selon le contrôleur aérien. "Les compagnies aériennes et les acteurs au sein des aéroports pourraient ainsi réorganiser leurs opérations pour limiter au maximum les conséquences sur les passagers et l'économie."

Skeyes souligne qu'il ne s'agit pas de remettre en question le droit de grève.

Dans son mémorandum, l'entreprise demande au prochain gouvernement de rendre possible un passage vers une société anonyme de droit public. Cela permettrait de faire entrer d'autres actionnaires au capital, en premier lieu des institutions publiques. Il n'est pas question d'une privatisation, insiste Johan Decuyper, les pouvoirs publics étant appelés à rester majoritaires au capital.

Enfin, la direction de Skeyes demande à pouvoir se mettre rapidement autour de la table avec le prochain gouvernement au sujet d'un quatrième contrat de gestion, "afin d'avoir un cadre clair au sein duquel l'entreprise peut opérer". L'actuel contrat de gestion arrive à échéance fin juin.

L'audition du patron de Skeyes fait partir d'une série d'auditions devant la commission mobilité qui verra passer à leur tour mercredi la CEO de la SNCB, Sophie Dutordoir, et le patron d'Infrabel, Luc Lallemand. Il s'agit pour les membres de la commission de se faire une idée plus précise de la situation au sein de ces entreprises publiques.