SNCB : une hausse de salaire qui divise

SNCB : une hausse de salaire qui divise
© BELGA

Entreprises & Start-up

Ph. Law.

Publié le - Mis à jour le

En voilà une décision qui risque d'alourdir le climat au sein du groupe ferroviaire SNCB et qui risque de mécontenter les organisations syndicales! Selon nos informations, obtenues à bonnes sources, lors de la réunion de son conseil d'administration vendredi dernier, les administrateurs de l'opérateur SNCB ont décidé, à la majorité, d'accorder une augmentation de salaire de l'ordre de 25000 € à 30000 € à l'administrateur délégué (CEO) de l'entreprise, Marc Descheemaecker. Or d'habitude, la pratique voudrait que les hausses de salaires des trois patrons du groupe ferroviaire (le holding SNCB, opérateur SNCB, gestionnaire d'infrastructure Infrabel) soient décidées par des comités où siègent ensemble les présidents des conseils d'administration respectifs des entités du groupe.

De plus, la majoration est faite en tenant compte d'une grille d'évaluation qui cote les dirigeants sur une échelle allant de 0 à 3. Cette fois-ci, il n'en a rien été. D'où l'incompréhension et la colère de certains administrateurs de l'opérateur qui ont voté contre l'augmentation de la rémunération. Mais celle-ci a néanmoins reçu l'adhésion d'une majorité d'entre eux, ce qui la rend théoriquement acquise au CEO Marc Descheemaecker. Contacté par nos soins, ce dernier indique qu'il "ne donne jamais de commentaire sur son salaire. Il est de toute façon publié dans le rapport annuel qui sortira sous peu". Pour rappel, sa rémunération s'élève à environ 480000 € bruts en 2006 et d'après lui, l'an dernier, il aurait touché moins que ce montant. Il évoque aussi une étude réalisée l'an dernier par Hayes, un important cabinet spécialisé en la matière après la polémique qui s'est fait jour en 2007 après la publication des rémunérations des trois patrons du groupe SNCB. D'après les experts de Hayes, le salaire net du CEO de la SNCB serait (trop ?) inférieur à ceux de ses collègues du holding SNCB et du gestionnaire d'infrastructure. Or, il aurait une tâche relativement plus importante, ou à tout le moins, équivalente à la leur. D'où la décision qui aurait été prise il y a des mois d'aligner la prime de fonctionnement du patron de l'opérateur SNCB sur celle de ses collègues.

Juste un alignement

Par conséquent, la décision prise vendredi par le conseil d'administration ne viserait donc qu'à corriger ce déséquilibre. D'après certaines sources, l'augmentation de salaire qui vient d'être accordée à M. Descheemaecker aurait eu le soutien de la présidente du conseil, Edmée De Groeve. Mais pour des observateurs, elle tombe à un mauvais moment. Il faut dire que le groupe propose actuellement un accord social aux cheminots en leur demandant notamment davantage de flexibilité et de disponibilité. Mais les contreparties financières sont jugées insuffisantes par les syndicats qui ont déposé un préavis de grève générale pour le 20 mai. Et malgré la volonté du groupe de vouloir désamorcer cette bombe sociale, tout porte à croire que les trains resteront au dépôt mardi prochain.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous