Mardi en fin de journée, alors que l'activité s'est tue sur les marchés financiers européens, la machine boursière n'est pas encore véritablement à l'arrêt. Une grosse centaine de lecteurs de "La Libre" est en effet présente à deux pas du Parquet de la Bourse de Bruxelles, pour écouter les enseignements de deux spécialistes des placements invités à évoquer les opportunités de placements.

C'est Jean van Caloen, spécialiste du monde financier, dirigeant de la société Sigma (Services for Investment Governance and Managed Assets), qui entame la conférence-débat sur une analyse de l'environnement boursier actuel.

Citant une série d'acteurs de premier plan sur l a place financière belge, Jean van Caloen relativise en quelques mots la crise boursière ou qui est vue comme telle. "Exprimé en pourcentage, le petit coup de froid subi cette année par les places boursières ne représente rien. On doit toutefois noter que, si les perspectives économiques européennes restent bonnes selon les analystes, tous s'accordent sur une augmentation de la volatilité."

Pour sa part, Olivier Gentier, responsable de la vente et du marketing des Produits de Bourse à la Société Générale, a expliqué que cette tendance des marchés était idéale pour exploiter le potentiel des produits structurés développés par la branche de SocGen spécialisée dans les dérivés.

Et d'expliquer à nos lecteurs les avantages de ces produits, l'existence d'un produit basé sur un panier de valeurs susceptibles de profiter de la victoire prochaine de la gauche ou de la droite en France (Elections 2007 G ou D). "Ces produits sont basés sur une analyse des programmes des partis et de leur impact sur certains secteurs économiques."

Nos lecteurs suivront ces développements avec d'autant plus d'attention...

© La Libre Belgique 2007