Le groupe chimique Solvay a annoncé mercredi des suppressions nettes de 350 postes au niveau mondial d'ici fin 2021. La Belgique est assez faiblement impactée, avec 37 emplois supprimés.

Le groupe supprime 500 postes dans le monde, parmi lesquels "un nombre représentatif de hautes directions" et en crée 150 dans le secteur des "matériaux avancés", fournissant notamment les composites pour l'aéronautique.

Chez nous, 37 postes seront supprimés, mais Solvay précise que 20 nouveaux emplois seront créés. "Les 17 postes supprimés sont bien tous au siège de Neder over Hembeek", précise un porte-parole.

Questionnée lors d'une conférence téléphonique sur la nature des postes supprimés et leur localisation, la patronne de Solvay, Ilham Kadri, a déclaré: "nous avons commencé aujourd'hui à parler à nos partenaires sociaux, nous allons donner le temps au dialogue social. Ce n'est jamais facile mais c'est nécessaire pour la compétitivité de l'entreprise", a-t-elle dit.

Solvay a d'ailleurs rehaussé son objectif de réduction de coûts entre 2020 et 2024: il compte désormais économiser plus de 350 millions d'euros par an, alors qu'il prévoyait initialement des économies annuelles comprises entre 300 à 350 millions d'euros.

En 2019, le groupe a engrangé un bénéfice d'exploitation (EBITDA) de 2,322 milliards d'euros (-0,4% par rapport à 2018) et un bénéfice net de 1,075 milliard (-1%). Le chiffre d'affaires a également stagné (-0,1%) à 10,244 milliards d'euros.

"Notre EBITDA stable est conforme à nos attentes. 2019 a été une année assez compliquée", a déclaré la patronne franco-marocaine, qui a succédé il y a bientôt un an au Français Jean-Pierre Clamadieu.

C'est sous la houlette de ce dernier que le chimiste belge, fondé en 1863, avait engagé un virage stratégique qui l'avait conduit à délaisser les activités jugées moins prometteuses, comme le PVC, pour se développer dans les composants innovants, notamment à destination de l'aéronautique et de l'automobile.

Mme Kadri a indiqué s'attendre à une première partie de l'année 2020 plus difficile que la seconde, plombée par les difficultés liées à l'arrêt de la production du Boeing 737 MAX et le coronavirus.

A propos de l'épidémie, elle a indiqué qu'il était "trop tôt pour évaluer l'ampleur pour notre société".

Dans toutes les régions concernées, Chine (qui représente 10% des ventes du groupe), Corée du Sud, Italie, "nous avons pris toutes les précautions nécessaires pour nos employés", a-t-elle dit.

"A ce jour, nous avons repris toutes nos opérations en Chine", a-t-elle ajouté.

"Les perturbations liées au #coronavirus sont incertaines", indique Solvay. Le groupe prévoit un impact négatif d'environ 25 millions d'euros rien que pour le premier trimestre de l'année 2020.