Le groupe chimique belge Solvay, touché par la crise sanitaire tout comme ses clients, a annoncé mercredi la suppression de 500 postes dans le monde d’ici fin 2022, après une chute de son bénéfice net de 42,5 % l’an dernier. Celui-ci se fixe donc à 618 millions d’euros en 2020, contre 1 ,075 milliard en 2019.

Le nombre d’emplois visés en Belgique reste d’une centaine, comme annoncé précédemment. Cependant, la suppression nette devrait tourner autour de 64 postes si l’on compte les propositions de changement d’affectation et la création de nouveaux postes.

Réduire les coûts

“La crise a nécessité une adaptation rapide de nos priorités, notamment l’accélération des mesures d’économie et de génération de cash”, déclare pour sa part Ilham Kadri, la CEO de Solvay. Elle insiste également sur les différents projets que le groupe développe afin d’anticiper la sortie de crise et de se positionner sur des secteurs porteurs en termes de croissance. “Nous avons démontré la résilience de nos activités, tout en soutenant notre personnel grâce au lancement du Fonds de Solidarité Solvay (qui s’élève à 15 millions d’euros, NdlR). L’élan pris au quatrième trimestre, nos bases stratégiques solides et notre capacité d’innovation nous mettent en bonne position pour retrouver ainsi le chemin de la croissance”, ajoute-t-elle.

“Sous réserve d’accord avec les partenaires sociaux, ce plan, et les plans précédemment annoncés, porteront l’objectif d’économies à moyen terme de 300 millions d’euros annoncé en novembre 2019 à 500 millions d’euros d’ici à la fin de 2024”, communique également l’entreprise. Du côté syndical, on nous indique que les négociations se sont plutôt bien déroulées et qu’il n’y a pas de commentaire particulier pour le moment.

Au niveau financier

Outre la baisse du bénéfice net, le chiffre d’affaires global du groupe a diminué de 10 %, particulièrement impacté par la crise sanitaire et la réduction des activités du secteur de l’aviation civile, gros client de Solvay, ainsi que du secteur pétrolier et gazier. Mais cela a été “atténué par la demande dans les secteurs de la santé, des biens de consommation, des soins à la personne et de l’électronique”, précise la dirigeante.

“Malgré une année 2020 difficile, Solvay a réalisé un free cash flow (flux de trésorerie disponible, NdlR) record de 963 millions d’euros, dont environ 260 millions d’euros liés à des éléments non-récurrents et reflétant les mesures mises en place pour faire face à la crise, y compris la gestion disciplinée du fonds de roulement et des dépenses d’investissements”, précise la direction financière.

Le dividende brut par action proposé aux actionnaires ne sera a priori pas modifié et s’élève à 3,75 euros, “sous réserve de l’approbation des actionnaires”. Les différents cadres et employés ont également profité de bonus de soutien pour faire face à la crise, nous dit-on.

Ilham Kadri rappelle également que les cadres supérieurs et elle-même ont raboté leurs salaires de 15 %, ce qui a permis d’alimenter le fonds de solidarité cité précédemment.

L’annonce a visiblement conforté les investisseurs et le cours de l’action prenait près de 4 % à l’ouverture de la Bourse, dans la foulée de la publication des résultats.