Le lanceur Falcon-9 a décollé du cap Canaveral à 7H12, heure belge, après des reports répétés pour des raisons techniques et météorologiques. Environ huit minutes plus tard, le premier étage de la fusée s'est posé sur la barge flottant dans l'océan Atlantique baptisée "Of course I still love you". La récupération des composants des fusées permet à SpaceX de réduire les coûts de lancement. Il s'agit de la quatrième mission de la fusée.

Environ une heure et demie plus tard, la capsule de SpaceX a lancé dans l'espace 57 satellites, pesant chacun 260 kilos, pour son réseau internet à haut débit, ainsi que deux satellites d'observation de la Terre pour la société BlackSky, déployés près d'une demi-heure plus tôt.

Il s'agit du dixième lancement pour Starlink, qui devrait à terme compter des milliers de satellites. C'était également le huitième lancement cette année pour ce réseau qui comprend déjà 595 satellites, ce qui fait de SpaceX la plus grande flotte de satellites au monde.

Tous n'applaudissent cependant pas les initiatives spatiales, qu'il s'agisse de Starlink ou d'autres projets menés par la concurrence. Les astronomes craignent en effet d'être gênés dans leurs observations. À mesure que les débris spatiaux s'accumulent dans l'espace, le risque de collisions entre satellites en fin de vie active et satellites encore opérationnels augmente.

C'était le treizième lancement d'un Falcon-9 cette année et le quatre-vingt-dixième depuis 2010.