Une réunion aura lieu en janvier entre le ministre de la Mobilité Renaat Landuyt et les compagnies d'assurance dans le but de faire cesser les inscriptions "éclair" de nouveaux véhicules à la Direction immatriculation des véhicules (DIV), a indiqué mercredi la porte-parole du ministre.

Le député VLD Guido De Padt a publié mercredi des chiffres de 2005 concernant le nombre de nouveaux véhicules (27 054) retirés de la circulation à peine un mois après leur inscription à la DIV. Il dénonçait ce faisant les inscriptions "éclair" pratiquées par certaines marques de voitures pour doper leurs chiffres de ventes. "Ce problème est connu et depuis 2005, des mesures ont déjà été prises par le ministre pour éviter de telles pratiques qui font perdre du temps à la DIV alors que ce temps pourrait être utilisé pour améliorer leurs services", a expliqué la porte-parole du ministre, Els Bruggeman.

Pour immatriculer un nouveau véhicule, il faut payer une taxe de circulation et se munir d'une assurance. Avant, il était possible de ne payer la taxe de circulation qu'après un mois. Depuis fin 2005, cette taxe doit être payée directement. Il est néanmoins toujours possible d'être assuré 15 jours sans payer la compagnie d'assurance.

Le chiffre communiqué par le député ne représente qu'un peu moins de 5 pc du total des immatriculations, selon la Febiac. Les véhicules concernés par cette pratique sont soit des véhicules de location, soit des voitures immatriculées en Belgique pour des raisons fiscales, soit des voitures d'essais et d'exposition ou enfin des voitures immatriculées par des concessionnaires pour gonfler leurs ventes et atteindre leurs quotas. "Ce n'est pas une pratique frauduleuse. Cela appartient à la politique commerciale des grandes marques, mais cela fausse la vue du parc automobile en Belgique et nous plaidons pour plus de transparence", a souligné la Febiac.

Les marques françaises et italiennes auraient le plus souvent recours à cette pratique. (Belga)